NOUVELLES
26/05/2012 07:40 EDT | Actualisé 26/07/2012 05:12 EDT

Espagne: la banque Bankia demande 19 milliards à l'Etat

MADRID - La situation financière des banques espagnoles suscite de plus en plus d'inquiétude: Bankia vient de demander à l'Etat 19 milliards d'euros alors que le gouvernement espagnol, qui a nationalisé de fait l'établissement au début du mois, a déjà injecté 4,5 milliards d'aide.

Samedi, le président de la banque José Ignacio Goirigolzarri, a présenté les plans de restructuration et de recapitalisation de Bankia, prévoyant le début de l'injection des fonds de l'Etat fin juin. Il a ajouté que l'une de ses priorités était de "renforcer la gouvernance du groupe" et assuré que les 19 milliards demandés assureraient la solidité de Bankia qui n'aurait plus besoin ensuite de nouvelle recapitalisation.

La banque a demandé ces 19 milliards vendredi soir, après que l'agence de notation Standard & Poor's a annoncé la dégradation de la note de Bankia et de quatre autres banques espagnoles au rang d'investissement spéculatif en raison des incertitudes sur leurs plans de restructurations et de recapitalisation.

La cotation des titres de Bankia avait été suspendue vendredi pendant que son conseil d'administration se réunissait pour déterminer le montant de la nouvelle aide nécessaire. Le cours des actions de la banque a connu des turbulences ces dernières semaines, les investisseurs craignant que la banque, qui a accumulé des prêts immobiliers risqués, ne soit pas capable d'éponger les pertes massives entraînées par l'explosion de la bulle immobilière en Espagne en 2008.

La quatrième banque du pays, qui détient 32 milliards d'actifs toxiques, a été créée pour réunir sept caisses d'épargne régionales, des "cajas" jugées trop faibles pour s'en sortir seules. Mais le titre a perdu presque la moitié de sa valeur depuis juillet dernier.

Face à la situation de Bankia, le gouvernement espagnol est déjà intervenu au début du mois, annonçant le 9 mai dernier la prise de contrôle de l'établissement par l'Etat.

Vendredi soir, le chef du gouvernement espagnol, le conservateur Mariano Rajoy, a rencontré le chef de l'opposition, le socialiste Alfredo Perez Rubalcaba pour discuter d'une stratégie pour l'avenir.

La situation financière des banques européennes est au coeur des craintes liées à la crise dans la zone euro.

Le gouvernement espagnol tente de consolider le secteur bancaire espagnol et relancer le crédit nécessaire pour ranimer son économie en récession, alors que le chômage dépasse les 24%. Mais le coût du sauvetage des banques risque de déborder les finances publiques espagnoles déjà entamées par la crise. Depuis des mois, certains investisseurs craignent que l'Espagne, la quatrième économie de la zone euro, ne doive à son tour, après la Grèce, l'Irlande et le Portugal, demander un plan de sauvetage. AP

sb/v0002

PLUS:pc