NOUVELLES

Canada: 51% des Québécois favorables à la loi 78 sur le droit de manifester

26/05/2012 11:28 EDT | Actualisé 26/07/2012 05:12 EDT

Une étroite majorité des Québécois sont en faveur de la loi 78 encadrant étroitement le droit de manifester, selon un sondage publié samedi par le quotidien La Presse, qui révèle de profondes divergences entre générations et communautés linguistiques.

Quelque 51% des 1.500 internautes interrogés par l'institut Crop se disent en faveur de la loi spéciale, cible depuis son adoption la semaine passée de violentes critiques dénonçant les restrictions qu'elle impose à la liberté de manifester.

Cette loi, perçue comme destinée à briser le mouvement de grève des étudiants, prévoit que les organisateurs de manifestations doivent déclarer aux autorités au moins huit heures avant les horaires et itinéraire de toute manifestation sous peine d'amendes prohibitives.

Si 56% des 18-34 ans interrogés se disent opposés à la loi, 51% des 35-54 ans et 57% des plus de 55 ans y sont favorables. Quelque 71% des anglophones y sont favorables, contre 47% des francophones.

A la question "quel sera l'effet de la loi spéciale du gouvernement" québécois dirigé par Jean Charest, 44% des personnes interrogées pensent qu'elle va aggraver les choses et 36% pensent qu'elle ne fait que reporter le problème à plus tard.

Au début du conflit sur les frais de scolarité début février, la majorité des Québécois approuvait la position du gouvernement, jugeant que le coût des études devait être davantage pris en charge par les intéressés que par les contribuables.

Mais l'adoption le 18 mai de la loi spéciale 78 a concentré l'attention sur celle-ci, provoquant de nouvelles manifestations et l'opinion publique s'est partiellement retournée sur cette question contre le Premier ministre de centre-droit.

Mardi, une manifestation contre cette loi a rassemblé près de cent mille personnes dans les rues de Montréal.

Le sondage a été réalisé du 22 au 25 mai auprès de 1.500 internautes.

D'après une autre enquête réalisée par Crop pour Radio-Canada auprès de mille personnes, deux-tiers des Québécois interrogés ne pensent pas que la loi spéciale puisse rétablir la paix sociale, tandis que la moitié d'entre eux prône la négociation.

amch/via/mra/gde

PLUS:afp