NOUVELLES
25/05/2012 07:06 EDT | Actualisé 25/07/2012 05:12 EDT

Washington s'inquiète des répercussions des violences syriennes au Liban

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a exprimé vendredi ses inquiétudes quant aux répercussions des violances en Syrie sur le Liban voisin, où elles "contribuent à l'instabilité" du pays.

Des affrontements armés entre opposants et défenseurs du régime de Bachar al-Assad ont eu lieu ces dernières semaines à Tripoli, dans le nord du Liban, ainsi qu'à Beyrouth.

"Les Etats-Unis sont préoccuppés par le fait que l'évolution en Syrie contribue à l'instabilité au Liban", a dit Mme Clinton dans un communiqué.

"Nous encourageons toutes les parties à faire preuve de modération et de respect envers la sécurité et la stabilité du Liban", a-t-elle ajouté.

Mme Clinton a aussi une nouvelle fois appelé le président syrien Bachar al-Assad à appliquer le plan de paix en six points négocié par le médiateur des Nations unies et de la Ligue arabe, Kofi Annan.

"Le régime (syrien) doit à présent instituer une transition pacifique et démocratique", a-t-elle déclaré, rappelant également que les Etats-Unis étaient "attachés à un Liban uni, stable, souverain et indépendant".

Outre les affrontements à Tripoli et dans la capitale, 13 Libanais chiites avaient été enlevés mardi dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, alors qu'ils rentraient dans leur pays après un pèlerinage en Iran, avait rapporté l'agence nationale de presse libanaise.

Celle-ci avait imputé l'enlèvement à l'Armée syrienne libre (ASL, rebelles syriens) même si l'ASL a formellement démenti toute implication.

L'enlèvement avait fait craindre un embrasement dans ce petit pays, devenu selon les experts "otage" de la crise syrienne.

Les pèlerins chiites ont depuis été libérés, ont affirmé les autorités libanaises vendredi. Ils devaient retourner à Beyrouth samedi via la Turquie.

lc/adm/lor/mdm

PLUS:afp