NOUVELLES

Réunion sur l'avenir économique de la Syrie à Abou Dhabi

25/05/2012 03:50 EDT | Actualisé 24/07/2012 05:12 EDT

Des diplomates d'une soixantaine de pays ont étudié jeudi à Abou Dhabi un plan Marshall visant à éviter l'effondrement de l'économie syrienne en cas de chute du régime de Bachar Al-Assad, qui résiste à une insurrection depuis plus de 14 mois.

Ce groupe de travail sur la reconstruction et le développement de la Syrie est co-présidé par les Emirats Arabes Unis et l'Allemagne.

"C'est un moment favorable pour commencer à évoquer les perspectives du pays à long terme quand le changement viendra, et nous sommes convaincus qu'il viendra", a déclaré le vice-président du groupe, l'Allemand Clement Von Goetze.

Il a expliqué à l'AFP que la communauté internationale devait assurer "la coordination avec les donateurs" et "préparer des plans avec l'opposition syrienne" pour la reconstruction du pays.

La représentante de l'un des mouvements d'opposition syriens présente à la réunion, Farah Atassi, a affirmé que l'objectif premier était de préparer "la reconstruction de l'Etat syrien" après un changement de régime.

"Nous voulons attirer les secteurs silencieux, qui hésitent encore à soutenir la révolte", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Le groupe de travail a pour objectif de "reconstruire et développer l'économie syrienne en se basant sur les institutions de l'Etat et veut établir une feuille de route, sorte de plan Marshall, en cas de prise du pouvoir par le Conseil National Syrien (CNS, opposition) ou de transfert pacifique du pouvoir" selon elle.

Des représentants de l'ONU, de l'UE et de la Ligue Arabe ont pris part à la réunion de ce groupe, constitué lors de la deuxième réunion des Amis de la Syrie en Turquie début avril.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), plus de 12.000 personnes ont péri en Syrie depuis mars 2011, en majorité des civils tués par les forces gouvernementales qui répriment dans le sang une contestation populaire inédite contre le régime.

lyn/at/sbh

PLUS:afp