NOUVELLES
25/05/2012 09:22 EDT | Actualisé 25/07/2012 05:12 EDT

L'Ontario amende sa loi contre l'intimidation pour mieux protéger les gais

TORONTO - Les étudiants ontariens pourront donner le nom qu'ils souhaitent à leurs groupes contre l'homophobie grâce à un changement à un projet de loi qui donnait auparavant un droit de veto à la direction des écoles sur la question, a annoncé vendredi la ministre de l'Éducation de l'Ontario, Laurel Broten.

Cette modification à la législation proposée par le gouvernement libéral de la province contre l'intimidation, la Loi pour des écoles tolérantes, fait partie de ses efforts pour assurer un «climat sécuritaire et tolérant» dans les établissements scolaires, incluant ceux de confession catholique.

Mme Broten a déclaré que l'objectif de cette démarche était de s'assurer que les élèves puissent être eux-mêmes sans que leur sécurité ne soit menacée et que, pour certains d'entre eux, cela signifiait fonder des associations et les appeler «Alliance gai-hétéro».

Elle a également rappelé que le projet de loi, élaboré en réaction au suicide de deux adolescents victimes d'intimidation l'an dernier, visait à protéger les jeunes et à renforcer leur autonomie.

Selon la ministre, leur permettre de nommer leurs groupes comme ils le désirent fait partie de ce processus.

En dépit des protestations de certains administrateurs d'écoles catholiques et de groupes religieux, le projet de loi exige des commissions scolaires qu'elles soutiennent les élèves dans la cération d'associations, et ce, peu importe leur genre ou leur orientation sexuelle.

Certains soutiennent que cette législation est un affront à leurs valeurs familiales. Laurel Broten espère tout de même que les partis d'opposition voteront en sa faveur et a dit apprécier l'appui que lui a accordé l'Ontario English Catholic Teachers Association.

Les néo-démocrates ontariens se sont rapidement attribué le mérite de cet amendement «positif», soutenant qu'ils avaient demandé pendant des mois aux libéraux d'inclure dans leur projet de loi des protections explicites pour les élèves voulant fonder des groupes contre l'homophobie.

Le gouvernement ontarien souhaite que le projet de loi soit adopté avant que l'Assemblée législative ne mette fin à ses activités pour l'été le 7 juin.

PLUS:pc