NOUVELLES
25/05/2012 08:11 EDT | Actualisé 25/07/2012 05:12 EDT

Les travailleurs du CP ont un meilleur régime de retraite, selon les patrons

TORONTO - L'offre au sujet du régime de retraite soumis par le transporteur ferroviaire Canadien Pacifique (CP) au syndicat représentant ses quelque 4800 travailleurs en grève est nettement supérieure aux standards de l'industrie, a plaidé la compagnie vendredi, alors que les négociations se poursuivaient sur fond de menace d'une loi spéciale d'Ottawa.

Le transporteur ferroviaire a soutenu que le syndicat de la Conférence ferroviaire des Teamsters Canada, qui représente à la fois les travailleurs de CP et les employés de son principal compétiteur, la Compagnie nationale des chemins de fer nationaux du Canada (CN), avait déjà accepté des conditions semblables lors de conflits précédents dans d'autres compagnies.

Le syndicat rejette la version de CP, mais le transporteur ferroviaire a renchéri en déclarant qu'une évaluation interne laissait croire que la dernière offre faite par la compagnie - concernant les régime de retraite, les assurances médicales et les conditions de travail - était similaire à celle à laquelle Teamsters avait consenti pour les travailleurs de son principal compétiteur.

La grève fait en sorte que les affaires de CP deviennent profitables à un autre transporteur ferroviaire, a déclaré le porte-parole de CP, Ed Greenberg. Teamsters Camada y représente des employés bénéficiaient d'un régime de retraite inférieur à celui proposé par CP, a-t-il poursuivi.

Les propos de M. Greenberg surviennent à la troisième journée entière d'interruption de la circulation ferroviaire, tandis que le syndicat et le patronat poursuivent leurs négociations pour parvenir à un nouveau contrat de travail.

La ministre du Travail, Lisa Raitt, a déclaré que son gouvernement serait prêt à déposer un projet de loi spéciale pour forcer le retour au travail, et ce, dès lundi si les deux parties n'arrivaient pas à s'entendre. Selon la ministre conservatrice, une grève prolongée des 4800 employeurs de CP pourrait entraîner des pertes de 540 millions de dollars par semaine à l'économie canadienne.

Le syndicat a douté des intentions de CP, contestant des chiffres «trompeurs» à mi-chemin des négociations.

«Nous négocions intensément, mais je ne sais même pas ce qu'ils font. Peut-être que s'ils passaient autant de temps à négocier qu'à publier des communiqués de presse, nous pourrions arriver à quelque chose», a lancé le vice-président de Teamsters Canada, Douglas Finnson.

PLUS:pc