NOUVELLES
25/05/2012 02:46 EDT | Actualisé 25/07/2012 05:12 EDT

Les libéraux et le NPD toujours opposés sur des changements au budget ontarien

TORONTO - Le gouvernement libéral minoritaire de l'Ontario n'accélérera pas l'adoption de modifications au régime d'imposition qui permettraient à la province endettée d'augmenter ses revenus avant que le budget déposé en mars ne soit adopté, a déclaré vendredi le ministre ontarien des Finances, Dwight Duncan.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l'Ontario veut présenter un projet de loi visant à séparer les changements proposés du budget et à hâter leur adoption afin qu'ils puissent entrer en vigueur avant le 1er juillet.

Les modifications comprennent notamment l'annulation d'une baisse d'impôt pour les sociétés et une hausse d'impôt pour les mieux nantis, l'une des mesures pour lesquelles les néo-démocrates se sont battus en échange de leur appui au budget.

M. Duncan a affirmé vendredi que le NPD revenait sur sa parole en refusant d'adopter le volumineux projet de loi budgétaire en entier.

«Nous n'allons pas simplement adopter ce qu'ils veulent et pas le budget du gouvernement, a-t-il soutenu. Ce serait complètement irresponsable. Nous avons besoin d'un budget complet.»

Le ministre des Finances a fait valoir que le budget ne portait pas seulement sur les impôts. La province doit aller de l'avant avec sa réforme des caisses de retraite et d'autres mesures afin de réussir à éliminer son déficit de 15 milliards $ en 2017.

La proposition de la leader néo-démocrate Andrea Horwath d'accélérer la mise en place des changements au régime d'imposition n'est pas acceptable, a-t-il tranché, ajoutant que si le budget ne passait pas avant que les travaux de l'Assemblée législative ne soient suspendus pour l'été, cela mettrait en péril la cote de crédit de l'Ontario.

De son côté, le NPD a indiqué qu'il avait seulement permis au budget de franchir la première étape du processus afin qu'il puisse faire l'objet de débats et être amendé si nécessaire.

Dwight Duncan a répliqué que cela serait arrivé plus tôt si les néo-démocrates avaient accepté de laisser le projet de loi budgétaire suivre son cours.

Il a également laissé entendre que les troupes de Mme Howarth hésitaient à donner le feu vert au budget en raison de leurs partisans syndiqués qui s'opposaient à certaines mesures, comme la privatisation de services gouvernementaux.

Andrea Howarth a pour sa part déclaré que les libéraux devaient réaliser qu'ils ne pourraient pas toujours obtenir ce qu'ils voulaient parce que cette attitude ne les mènerait pas loin alors qu'ils forment un gouvernement minoritaire.

PLUS:pc