NOUVELLES

JO-2020: Le CIO attentif aux capacités énergétiques du Japon (Rogge)

25/05/2012 06:34 EDT | Actualisé 25/07/2012 05:12 EDT

Le président du Comité international olympique (CIO) Jacques Rogge, s'est déclaré jeudi, attentif à l'évolution du potentiel énergétique du Japon, altéré depuis l'accident de Fukushima, dans la perspective de la candidature du pays à l'organisation des JO-2020.

"Nous savons que la catastrophe de Fukushima a eu un effet sur les capacités énergétiques, parce que les centrales nucléaires ont été fermées et que donc, en périodes de pics de consommation, il pourrait y avoir des coupures de courant", a dit M. Rogge lors de la conférence de presse de clôture de la commission exécutive du CIO à Québec.

"Le CIO suivra l'évolution et est sûr que les Japonais trouveront une solution. Ils sont l'une des plus importantes économies au monde, donc nous pensons qu'ils peuvent gérer cela."

Le gouvernement japonais réfléchit à une nouvelle politique énergétique, après la fermeture de toutes ses centrales nucléaires décidée à la suite du désastre atomique de Fukushima, provoqué par le violent séisme et le gigantesque tsunami qui ont saccagé le nord-est de l'archipel le 11 mars 2011.

Avant la catastrophe, 26% de l'électricité produite et consommée au Japon était d'origine nucléaire, le pays ayant alors 54 réacteurs, dont 37 étaient actifs lorsque est survenu le drame.

Divisé entre anti-nucléaires et partisans du redémarrage des réacteurs les plus sûrs, qui disent redouter des pénuries de courant, le Japon pourrait se diriger vers une proportion de 15% d'électricité d'origine nucléaire en 2030, selon des déclarations du ministre de l'Environnement, vendredi.

amc/grd/ep

PLUS:afp