NOUVELLES
25/05/2012 01:50 EDT | Actualisé 25/07/2012 05:12 EDT

Espagne - Manifestation de l'extrême droite en marge de la Coupe du Roi

Une manifestation d'associations d'extrême droite, réunie vendredi en marge du match de football opposant ce même jour le FC Barcelone et l'Athletic Bilbao en finale de la Coupe du Roi, a rassemblé plusieurs centaines de personnes dans le centre de Madrid.

Les différentes associations, qui redoutaient que certains supporteurs basques et catalans sifflent l'hymne espagnol à l'occasion de la finale, ont manifesté "en faveur de l'unité espagnole" et sous le slogan: "Contre les séparatismes, un drapeau".

Rassemblées derrière plusieurs bannières sur lesquelles on pouvait lire: "Ca, c'est l'Espagne" ou "L'unité de l'Espagne ne se vote pas ni ne se négocie", la Phalange espagnole, héritière de la Phalange franquiste, la plateforme patriotique espagnole ou encore le Mouvement catholique espagnol ont défilé dans un cortège réunissant plusieurs centaines de personnes.

"Je suis basque, de Bilbao, et je suis venu ici pour défendre l'unité de l'Espagne", affirmait Javier, 21 ans. Cet étudiant, un drapeau espagnol noué autour des épaules, disait ne pas pouvoir tolérer qu'une "minorité qui se veut majorité" siffle les symboles de l'Espagne: "c'est un délit de s'en prendre au drapeau espagnol", assurait-il.

Un peu plus loin, Eduardo Garcia, portant lui un drapeau espagnol frappé de l'aigle franquiste et n'hésitant pas à faire ouvertement le salut nazi, martelait: "Je suis ici pour la défense de l'unité nationale chrétienne et je ne permettrai pas que des nationalistes catalans, basques ou galiciens, soutenus par la gauche, mettent cette unité en péril".

En début de semaine, la finale de la Coupe du Roi avait déjà donné lieu à des déclarations polémiques de la part de la présidente de la région de Madrid, Esperanza Aguirre, qui avait proposé de faire jouer le match à huis clos au cas où l'hymne serait sifflé en début de match.

Dans le cortège des associations d'extrême droite de vendredi, la majorité des personnes interrogées se montraient favorables à cette proposition.

cle/sg

PLUS:afp