NOUVELLES
25/05/2012 07:57 EDT | Actualisé 25/07/2012 05:12 EDT

Echarpes et drapeaux interdits à Auschwitz pendant l'Euro-2012

Echarpes de clubs sportifs, drapeaux, trompettes "Vuvuzela" et autres accessoires de fans de foot seront interdits aux visiteurs du musée du camp d'extermination nazi à Auschwitz en Pologne durant l'Euro-2012 en juin, ont annoncé vendredi les responsables du site.

L'interdiction vaut également pour le drapeau d'Israël souvent utilisé pour honorer le souvenir des victimes de l'Holocauste.

"Nous savons que les passions suscitées par ce genre de grand tournoi sportif sont très fortes et nous souhaiterions qu'elles ne s'expriment pas lors des visites de ce lieu de mémoire", a expliqué à l'AFP Pawel Sawicki, attaché de presse du musée d'Auschwitz-Birkenau.

Le musée a également décidé d'interdire pour des raisons de sécurité les petits sacs à dos alors que habituellement, seuls les grands sacs sont bannis.

"Nous avons décidé de renforcer notre niveau de vigilance au cours de cette période afin d'éviter tout problème dans le musée concernant d'éventuels visiteurs dont l'attitude pourrait ne pas être vraiment respectueuse", a expliqué M. Sawicki.

L'Euro-2012, co-organisé par la Pologne et l'Ukraine a lieu du 8 juin au 1er juillet.

Les équipes de football de quatre des seize pays participant au tournoi - Allemagne, Italie, Angleterre et Pays-Bas - ont l'intention de se rendre à Auschwitz lors des prochaines semaines, selon les médias polonais.

M. Sawicki n'a pas confirmé ces visites mais a assuré que les équipes étaient les bienvenues à titre privé.

"Ce serait dans un climat de respect et de souvenir pour les victimes du camp de concentration et dans le silence et le calme qui conviennent à la découverte de son histoire", a-t-il dit.

Quelque 1.100.000 personnes, dont environ un million de Juifs de plusieurs pays d'Europe, ont été tuées entre 1940 et 1945 dans le camp d'Auschwitz-Birkenau installé par l'Allemagne nazie dans le sud de la Pologne. De 70.000 à 75.000 Polonais non juifs y ont péri, ainsi que 21.000 Roms, 15.000 prisonniers de guerre soviétiques et 10.000 à 15.000 autres détenus, dont des résistants, selon les données du musée d'Auschwitz.

amj/mas/ea/grd

PLUS:afp