NOUVELLES
25/05/2012 01:44 EDT | Actualisé 25/07/2012 05:12 EDT

Congrès Fifa - Nsekera: "Des femmes dirigeantes, c'est le gros travail"

Lydia Nsekera, présidente de la Fédération burundaise et première femme à siéger au Comité exécutif de la Fifa en tant que représentante du football féminin, affirme que sa tâche vise à faire émerger "des femmes dirigeantes", vendredi dans un entretien aux agences de presse.

Q: Quelles sont vos priorités ?

R: "Dans le football féminin, il y a les joueuses, les arbitres, les entraîneurs et les administratifs. Il y a des compétitions par catégorie. Au Congrès, sur les 209 fédérations, il n'y a qu'une femme présidente. Quand je suis arrivée à la tête de ma fédération en 2004, je ne voyais pas de femme dans les stades de mon pays, ni qui dirigeait un club ou un championnat. Pour que les hommes aient l'habitude de voir des femmes diriger, j'ai permis à des femmes d'arbitrer des matches de première division masculine. J'ai aussi encouragé une femme à devenir présidente d'une ligue de province, au Burundi, où les femmes ne sont pas au premier plan. Depuis 2004, j'encourage les femmes à gérer des clubs masculins. Avoir des femmes dirigeantes, c'est le gros travail. Ce serait important pour les femmes et pour le football".

Q: Y a-t-il un risque que votre nomination ne relève que d'un simple affichage ?

R: "Non, ce n'est pas juste un symbole. Je suis au comité de la Cecafa (Confédération d'Afrique centrale et de l'est, ndlr), membre de commissions à la CAF (Confédération africaine de football, ndlr), je suis présidente de fédération. Quand je prends la parole, mes collègues en tiennent compte. Les membres du Comité exécutif de la Fifa viennent d'élire une femme pour travailler avec eux".

Q: Que pensez-vous de l'autorisation de jouer avec un hidjab sécurisé ?

R: "L'équipement est important, pour les peuples et les religions. Mais la sécurité des personnes est également importante. Il n'est pas interdit de le porter, mais il faut que cet équipement assure la sécurité des joueuses sur le terrain. Si on tire sur un hidjab en plein match, ça peut poser des problèmes. Dans mon pays, il n'est pas aisé de voir des femmes de plus de 18 ans avec des shorts arrivant au-dessus des genoux. Les femmes burundaises doivent s'habituer à porter des shorts courts".

ybl/es

PLUS:afp