NOUVELLES

Reporters sans frontières dénonce le régime répressif en Azerbaïdjan

24/05/2012 10:32 EDT | Actualisé 24/07/2012 05:12 EDT

PARIS - À deux jours du 57e concours de l'Eurovision de la chanson qui se déroulera à Bakou, Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé jeudi le «régime répressif et brutal» de l'Azerbaïdjan, qui «ne recule devant rien pour faire taire les quelques journalistes menant des investigations sensibles ou critiques».

«Il ne s'agit pas de gâcher la fête. Encore moins d'obéir à un quelconque programme diplomatique "hostile", comme Bakou tente de le faire croire. Mais comment la chanson pourrait-elle être totalement dissociée de la liberté d'expression?», s'interroge RSF dans un communiqué.

«Tandis que des chanteurs venus d'une quarantaine de pays feront entendre leur voix, d'autres resteront inaudibles: les cinq journalistes et le blogueur actuellement emprisonnés pour avoir fait leur travail; les deux journalistes assassinés et les dizaines de professionnels attaqués, dont les agresseurs restent impunis; les médias indépendants, largement éliminés. La société civile, elle, luttera pour qu'on l'entende. À chacun de contribuer, à sa manière, à ce que cette petite musique ne soit pas absente du concert», poursuit l'organisation de défense de la liberté de la presse.

RSF a appelé les artistes présents au concours samedi «à se manifester pour soutenir la presse et la société civile azerbaïdjanaises».

PLUS:pc