NOUVELLES
24/05/2012 04:46 EDT | Actualisé 24/07/2012 05:12 EDT

Pénurie de lits au CHUM: un scandale dû à l'immobilisme, dit Gaétan Barrette

MONTRÉAL - La situation dans les hôpitaux montréalais est certes «difficile» à la veille de la période estivale, mais elle s'est améliorée au cours des dernières années, a assuré jeudi à l'Assemblée nationale le ministre de la Santé. Cet avis, le président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), le docteur Gaétan Barrette, est bien loin de le partager.

Au lendemain de la publication d'une lettre de l'urologue Paul Perrotte, qui a brossé un portrait alarmant de la pénurie de lits qui se profile au CHUM pour cet été, le ministre Yves Bolduc a réitéré que Montréal demeurait sa priorité et que le plan du gouvernement porterait bientôt ses fruits.

Questionné sur la problématique de l'engorgement par la porte-parole péquiste en matière de santé, Agnès Maltais, il a refusé de céder à la panique.

«Il y a des solutions qui sont en train de se mettre en place, ne serait-ce que l'ouverture de ressources intermédiaires qui sont en train de se faire», a déclaré le ministre Bolduc.

Le manque de places en ressources intermédiaires a notamment été pointé du doigt comme facteur aggravant par le Dr Perrotte, qui préside le Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) du CHUM.

«Alors que vous nous promettiez des ressources intermédiaires pour permettre la sortie des patients qui n’ont plus besoin d’être au CHUM, la situation non seulement ne s’est pas améliorée, mais elle est pire que jamais», peut-on lire dans la missive qui a été envoyée au ministre de la Santé.

Le Dr Gaétan Barrette a fait écho à cette vive préoccupation. D'après lui, le gouvernement est confronté à rien de moins qu'un «scandale» résultant de sa mauvaise gestion et de son «immobilisme».

«Le gouvernement était censé investir et garantir des lits en ressources intermédiaires pour sortir les patients qui n'ont plus d'affaire à l'hôpital. Il ne le fait pas. C'est un échec», a-t-il lâché jeudi en marge d'une conférence de presse à Montréal.

«La mauvaise gestion gouvernementale et de ce ministre-là nuit à des patients. Le ministre Bolduc a défait tout ce que (l'ancien ministre de la Santé, Philippe) Couillard avait fait. L'un changeait les choses, l'autre les défait.»

Et l'été 2012 s'annonce comme le «pire» depuis quelques années, prédit le Dr Barrette.

«Quand les gens du CHUM s'inquiètent pour la santé de leurs patients, ils ont raison. Ce n'est pas de l'exagération, ils ont raison. Il y a des gens au Québec qui devraient être opérés cet été et qui ne le seront pas.»

Le Conseil pour la protection des malades, de son côté, s'est dit inquiet en songeant au sort qui pourrait attendre les patients au cours des prochaines semaines.

«Un cri du coeur comme celui qu'a lancé le docteur Perrotte n'est pas à négliger. C'est grave comme situation. J'ai peur qu'il ait raison», a confié le président de l'association, Me Paul Brunet.

La solution passe peut-être par des coupes administratives, a-t-il suggéré. «C'est inquiétant, et si on n'a pas plus d'argent, il faudrait peut-être songer à voir comment, plus drastiquement, on devrait libérer des sommes d'argent en libérant les personnes qui ne soignent pas le monde et qui sont occupées à d'autres affaires.»

Le ministre Bolduc n'a pas souhaité accorder d'entrevue à ce sujet jeudi, a indiqué son attachée de presse, Natacha Joncas Boudreau.

PLUS:pc