NOUVELLES

ONU: Navi Pillay reconduite au haut-commissariat aux droits de l'homme

24/05/2012 05:09 EDT | Actualisé 24/07/2012 05:12 EDT

La haut-commissaire aux droits de l'homme, Navi Pillay, vient de se voir renouveler son mandat de deux ans par l'Assemblée générale de l'ONU, sur fond de critiques de la Syrie qui la juge "hostile".

L'Assemblée des 193 Etats a accordé ce prolongement à l'unanimité, sans vote mais par acclamation, dix jours après que le secrétaire générale de l'ONU Ban Ki-moon a affirmé son souhait qu'elle reste à ce poste.

La Sud-africaine, âgée de 70 ans, a souvent pris la parole au cours des derniers mois pour appeler à la protection des civils en Libye, en Syrie et dans les autres pays du monde arabe en proie à des soulèvements populaires. Elle est devenue à ce titre un membre important de l'équipe de Ban Ki-moon.

Le prolongement de son mandat intervient au moment où sort un rapport épinglant les autorités syriennes pour les abus commis sur la population, commandé par le Conseil des droits de l'homme. La Syrie ne s'est toutefois pas opposée au maintien de Navi Pillay dans ses fonctions mais un diplomate du pays a dit aux Nations unies que la haut-commissaire avait "adopté une position hostile à l'égard de la Syrie, se basant sur des informations totalement artificielles et des sources douteuses".

Mme Pillay, qui a pris ses fonctions de haut-commissaire aux droits de l'Homme en septembre 2008, a été la première femme à ouvrir un cabinet d'avocats dans sa province d'origine du Natal, en 1967, selon la biographie publiée sur le site du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l'Homme.

Au cours des années suivantes, elle a entre autres défendu des activistes anti-apartheid, et dénoncé l'usage de la torture.

Devenue juge suppléante à la Cour Suprême à la fin de l'apartheid en 1995, elle est élue la même année juge au Tribunal pénal international pour le Rwanda, où elle sert huit ans, dont quatre comme présidente.

En 2003, elle est élue juge à la Cour pénale internationale de La Haye, où elle siège jusqu'en 2008.

tw/lor/sj

PLUS:afp