NOUVELLES

Les profits de la Banque Royale ont légèrement diminué au deuxième trimestre

24/05/2012 06:14 EDT | Actualisé 24/07/2012 05:12 EDT

TORONTO - La Banque Royale du Canada (TSX:RY) affirme que ses profits ont diminué de sept pour cent au deuxième trimestre, alors qu'elle a inscrit à ses résultats une perte liée à l'acquisition d'une participation résiduelle de 50 pour cent dans RBC Dexia.

La plus importante banque au pays a annoncé jeudi avoir enregistré un bénéfice net lié aux activités poursuivies de 1,56 milliard $ au cours de la période de trois mois terminée le 30 avril, ou 1,01 $ par action, en baisse comparativement à celui de 1,68 milliard $, ou 1,10 $ par action, du même trimestre il y a un an.

Ces résultats équivalent à un bénéfice par action de 1,17 $, inférieur d'un cent au résultat moyen attendu par les analystes consultés par Thomson Reuters.

Les profits de la banque ont été affectés par une perte de 202 millions $ liée à l'acquisition de la participation de 50 pour cent qu'elle ne détenait pas dans la coentreprise RBC Dexia, en avril, en échange d'une somme de 1,1 milliard $.

Le président et chef de la direction de RBC, Gord Nixon, a affirmé à des analystes, jeudi, que la perte liée à RBC Dexia reflétait le prix inférieur payé pour Dexia en raison d'une réduction de sa valeur au moment de la transaction. La banque a moins payé pour les actifs, ce qui lui a été profitable, même si elle a aussi encaissé la perte en vertu des clauses de l'entente. Elle aurait affiché un gain si elle avait versé un prix plus élevé à sa partenaire dans la coentreprise d'alors.

«Ces résultats, à l'exception des chiffres de Dexia, sont très bons et ils reflètent la solide performance (de la banque) dans les segments des services bancaires canadiens, des marchés des capitaux, de l'assurance et de la gestion de patrimoine», a-t-il déclaré.

«Notre capacité à livrer de solides résultats à nos actionnaires témoigne de la force de notre modèle d'affaires diversifié et de notre capacité à mettre à exécution avec succès notre stratégie de croissance disciplinée», a ajouté M. Nixon.

Dans l'ensemble, les revenus trimestriels de la banque ont augmenté et se sont élevés à 6,92 milliards $, contre 6,83 milliards $.

«À première vue, on caractériserait les résultats de solides, même s'ils n'ont rien de remarquable», a affirmé dans une note John Aiken, analyste chez Barclays.

Le bénéfice net du secteur des services bancaires canadiens s'est établi à 937 millions $, en hausse de 42 millions $ par rapport à l'exercice précédent.

Cependant, le total de la dotation à la provision pour pertes sur créances s'est chiffré à 348 millions $, contre 273 millions $ un an plus tôt.

Le bénéfice net du secteur des assurances s'est élevé à 151 millions $, en hausse de 28 millions par rapport à celui du deuxième trimestre de 2011, alors que le secteur des marchés des capitaux a valu à la banque un bénéfice net de 449 millions $, en hausse de 43 millions $.

Les actions de la Banque Royale ont terminé la séance de jeudi à 51,38 $ à la Bourse de Toronto, en baisse de 1,52 $, soit un peu moins de trois pour cent, par rapport à leur précédent cours de clôture.

PLUS:pc