NOUVELLES
24/05/2012 04:19 EDT | Actualisé 24/07/2012 05:12 EDT

Les manifestations contre les coupures d'électricité se multiplient en Birmanie

RANGOON, Myanmar - Des manifestants qui protestent contre les coupures d'électricité en Birmanie ont affronté la police, jeudi, au nord-ouest de Rangoon, et plusieurs d'entre eux ont été arrêtés.

La multiplication des manifestations en Birmanie constitue un test de la tolérance du gouvernement réformiste face à la contestation, après des décennies de régime militaire.

Un membre du Parlement birman, Win Myint, a déclaré que des manifestants de sa circonscription avaient résisté quand ils ont cru que les policiers allaient arrêter les organisateurs du rassemblement. Six personnes ont été arrêtées et relâchées un peu plus tard. Win Myint représente la circonscription de Pyay, à 260 kilomètres au nord-ouest de Rangoon.

«La police a tenté d'arrêter certains leaders et les gens ont tenté de les en empêcher», a dit un témoin de la manifestation à Pyay. «Les policiers ont frappé les manifestants avec des bâtons en caoutchouc et en bambou afin de les disperser. Ils les ont frappés à la tête, dans le dos et aux jambes, mais personne n'a été blessé sérieusement.»

Ce témoin a demandé que son nom ne soit pas publié afin de ne pas attirer l'attention des autorités.

Les manifestations contre les pannes d'électricité chroniques ont commencé dimanche dans la ville de Mandalay, dans le centre du pays, et se sont répandues dans au moins quatre autres villes.

L'ancien régime militaire contrôlait étroitement les manifestations populaires de crainte qu'elles ne mènent à une plus grande contestation de l'autorité. En 2007, de petites manifestations se sont transformées en révolte générale menée par des moines bouddhistes, un mouvement réprimé par les forces armées.

La Birmanie souffre de pannes d'électricité chroniques depuis plus de 10 ans. Le pays possède d'importantes réserves de gaz naturel, mais son système de distribution électrique ne suffit pas à la demande.

Une centaine de personnes ont marché avec des bougies mercredi et jeudi soir dans le centre de Rangoon, soit environ le double du nombre de manifestants présents le premier soir, mardi. Le nombre de curieux qui regardaient la manifestation s'est aussi accru, alors que des dizaines de policiers montaient la garde.

Les manifestations à Pyay ont commencé lundi avec un petit groupe de personnes. Jeudi, plus de 1000 manifestants étaient présents.

Win Myint, membre du Parti de la solidarité et du développement de l'Union (USPD) au pouvoir, a expliqué que des policiers nerveux avaient tenté de négocier avec les leaders de la manifestation au quatrième jour du mouvement, mais que les manifestants ont cru qu'ils allaient procéder à des arrestations. Le député a affirmé que la situation était devenue chaotique et que la police avait fini par arrêter six personnes.

Les manifestants, en colère contre les arrestations, se sont rassemblés devant la prison de Pyay pour demander la libération de leurs camarades. Win Myint a indiqué que deux membres de son parti avaient négocié avec la police, et que celle-ci avait accepté de libérer les six leaders s'ils acceptaient de mettre fin à la manifestation.

Mais la foule a décidé de poursuivre la manifestation et a allumé des bougies devant la statue du héros de l'indépendance du pays, le général Aung San, un lieu emblématique de la ville.

PLUS:pc