NOUVELLES
24/05/2012 04:13 EDT | Actualisé 24/07/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis dénoncent des "violations continues" de la démocratie au Mali

Les Etats-Unis sont préoccupés par "les violations continues" de la démocratie au Mali, a affirmé jeudi leur ambassade à Bamako, en condamnant l'attaque contre le président de transition Dioncounda Traoré, blessé le 21 mai par des manifestants hostiles à son maintien au pouvoir.

Les Etats-Unis "condamnent" l'attaque de lundi contre M. Traoré et "restent profondément troublés et attristés par les violations continues" de la démocratie malienne, déclare l'ambassade américaine dans un communiqué.

Des violences répétées et "des retards dans le retour à l'Etat de droit ne feraient qu'affaiblir le Mali et sa capacité à répondre aux urgences territoriales, sécuritaires, et humanitaires", met-elle en garde.

Le putsch du 22 mars a accéléré la chute du nord du Mali aux mains de rebelles touareg et surtout d'islamistes armés qui combattaient l'armée depuis mi-janvier.

Les auteurs du coup d'Etat et leur chef, le capitaine Amadou Haya Sanogo, "doivent rester à l'écart en faveur d'un régime civil", jugent les Etats-Unis, accusant des organisations pro-putsch de "troubler la transition".

Le 21 mai, des manifestants avaient pénétré dans les bureaux de M. Traoré et l'avaient frappé et blessé.

Ses agresseurs avaient manifesté à l'appel d'organisations opposées au maintien au pouvoir de Dioncounda Traoré, qui depuis mardi conduit pour un an la transition en vertu d'un accord signé entre la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et le capitaine Sanogo.

Les Etats-Unis ont assuré soutenir les efforts de la Cédéao pour la sortie de crise, et d'éventuelles sanctions contre ceux qui entraveraient le processus.

sd-cs/tmo/cpy

PLUS:afp