NOUVELLES
24/05/2012 02:47 EDT | Actualisé 24/07/2012 05:12 EDT

Des complications en lien au terrain de golf prévu pour les Jeux de Rio en 2016

SAO PAULO - Un juge a eu comme requête d'annuler les contrats et d'interdire de travailler sur le terrain où on doit construire le parcours de golf des Jeux olympiques de 2016.

La compagnie Elmway Participacoes ne veut pas que la ville de Rio de Janeiro et ses partenaires concluent des ententes liées au terrain avant que la cour décide à qui appartient l'espace en question.

La ville a déjà dit qu'il y avait un pacte avec un entrepreneur qui serait propriétaire du terrain. La semaine dernière, par contre, on a nié l'existence d'un contrat sous prétexte que le terrain de golf sera construit par le privé.

La construction du terrain devait commencer en octobre, et elle devrait se terminer à temps pour les tests pré-olympiques au début de l'année 2015. Cependant, le verdict sur l'identité du véritable propriétaire du terrain, qui doit être rendu par la Cour supérieure du Brésil, pourrait être connu d'ici quelques mois, voire quelques années. La ville dit ne pas avoir de solution de rechange si la dispute s'éternise.

Le parcours, dessiné par l'Américain Gil Hanse, accueillera le premier tournoi de golf olympique en plus de 100 ans. Ce sport a fait ses débuts aux Jeux olympiques de Paris en 1900, mais a été retiré du programme lors des Jeux de St. Louis en 1904.

La requête d'Elmway demande au juge de «suspendre» toutes les ententes déjà signées et d'interdire à la ville «de conclure d'autres marchés» avec des partenaires commerciaux qui participeront à la construction du parcours de golf, ainsi que «d'empêcher la partie défenderesse d'effectuer toute forme de construction» sur ce terrain.

Il n'y a pas d'échéanciers pour le dévoilement du verdict. Le juge pourrait refuser la demande d'ordonnance de protection d'urgence déposée par l'avocat Sergio Antunes Lima fils, et demander à la ville de présenter sa défense avant de rendre une décision finale dans ce dossier.

La ville a déclaré qu'elle ne commenterait pas dans l'immédiat la plus récente manoeuvre judiciaire puisqu'elle n'a pas été validée officiellement par la cour.

La ville a dévoilé publiquement en mars l'entente qu'elle avait passée avec l'homme d'affaires Pasquale Mauro et une entreprise de construction locale afin de bâtir le parcours sur ce terrain. La ville avait précisé qu'elle modifierait les normes de certains bâtiments du secteur et, en échange, Mauro et l'entreprise de construction verseraient 30 millions $US afin de construire le parcours.

Ce sport devra connaître du succès à Rio s'il souhaite demeurer au programme olympique après 2020. Une décision à ce sujet devrait être prise par le Comité international olympique (CIO) en 2017.

PLUS:pc