NOUVELLES
24/05/2012 08:03 EDT | Actualisé 24/07/2012 05:12 EDT

Cinq Etats africains s'engagent à contrôler les flux d'armes

Les responsables de la sécurité de cinq Etats africains se sont engagés à renforcer leur coopération pour contrôler les flux d'armes légères à l'issue d'une conférence à Khartoum sous l'égide des Nations unies.

Les ministres de l'Intérieur et de la sécurité de Libye, du Tchad, du Soudan, de Centrafrique ainsi qu'un gouverneur de province de République démocratique du Congo ont convenu d'établir un organisme commun pour contrer la prolifération des armes légères.

Cet accord entre dans le cadre d'une "coopération renforcée et d'efforts de coordination afin de contrôler la diffusion, le flux et la circulation illégale" des armes à l'intérieur des frontières et au-delà, selon une déclaration publiée tard mercredi à l'issue des deux jours de conférence.

Ils ont en outre appelé leurs gouvernements à financer cet organisme et à attirer les donateurs locaux et le secteur privé.

Pour les ministres, le manque de contrôle réel aux frontières a largement contribué à la prolifération illégale des armes, également "aggravée par les conflits politiques internes et par la pauvreté aiguë".

Mercredi, l'ONU a annoncé que des dizaines de milliers de personnes avaient fui les combats entre armée et rebelles entamés fin avril dans la province du Nord-Kivu, à l'est de la République démocratique du Congo. Plusieurs milliers d'entres elles se sont réfugiées au Rwanda et en Ouganda voisins.

Mi-mai, l'Egypte avait une nouvelle fois annoncé avoir saisi une importante quantité d'armes, notamment des roquettes, provenant probablement de Libye, où un soulèvement populaire devenu conflit armé avait renversé et tué le dirigeant Mouammar Kadhafi.

L'armée soudanaise est aux prises depuis des mois avec des mouvements insurgés dans les Etats du Kordofan-Sud et du Nil bleu, tandis que la rébellion au Darfour est toujours active, près de dix ans après son éclatement.

De récents combats à la frontière entre Soudan et Soudan du Sud ont fait craindre une nouvelle guerre ouverte.

it/sbh/vl

PLUS:afp