NOUVELLES

WRC/Rallye de l'Acropole: quatre favoris en quête de revanche

23/05/2012 10:41 EDT | Actualisé 23/07/2012 05:12 EDT

Sébastien Loeb et Mikko Hirvonen, dans des Citroën DS3, mais aussi Petter Solberg et Jari-Matti Latvala, dans des Ford Focus RS, les quatre caïds du Championnat du monde des rallyes (WRC) ont tous de bonnes raisons de briller ce week-end en Grèce, au rallye de l'Acropole.

Un peu plus favori que les trois autres, l'Alsacien, huit fois champion du monde, n'a gagné que deux fois en Grèce (2005 dans une Xsara, 2008 dans une C4). Il reste surtout sur le souvenir d'une défaite en 2011, face à son coéquipier Sébastien Ogier, suite à des consignes de course qui lui avaient longtemps laissé un mauvais goût dans la bouche.

Depuis, Ogier est parti chez Volkswagen, il ne peut pas gagner en 2012 au volant de sa petite Skoda Fabia, et Hirvonen l'a remplacé chez les Rouges. Le Finlandais est beaucoup plus docile que son prédécesseur et Loeb a retrouvé une certaine tranquillité. L'effet est évident: déjà 18 points d'avance sur Solberg au classement du championnat.

"C'est un rallye aux visages multiples", résume Loeb. "Certaines spéciales sont très roulantes et rapides. D'autres, au contraire, sont jonchées de pierres qui ne ménagent pas les suspensions. En fonction de la chaleur, la gestion des pneus peut avoir une grande influence sur l'issue de la course".

Petter "la poisse" Solberg n'a plus gagné à la régulière en WRC depuis 2005, ça commence à faire long, et c'était justement en Grèce, au pied de l'Acropole. Il n'a pas démérité depuis son retour chez Ford, début 2012, comme pilote numéro 2, mais il y a toujours eu une pierre, à la corde d'un virage, pour l'empêcher de profiter des ennuis de Loeb, Hirvonen ou Latvala.

Le Norvégien est donc lui aussi en quête de revanche, comme les deux Finlandais: Hirvonen, parce qu'il a été déclassé au Portugal pour voiture non-conforme (embrayage et turbo) alors qu'il venait de remporter son premier rallye dans une Citroën; Latvala, l'autre poissard du peloton, parce qu'il fait son retour après avoir manqué l'Argentine, pour cause d'accident de ski.

C'est en Grèce que Latvala a fait ses grands débuts en Mondial des rallyes, dans une grosse WRC, en 2003: 10e à 18 ans seulement. Depuis, le grand échalas aux lunettes jaunes a accumulé de l'expérience... et les sorties de route, trois en quatre rallyes cette saison, avant sa chute à ski.

Du coup, Latvala, largué à 63 points de Loeb, ne semble plus en course pour le titre mondial. Reste donc Hirvonen et Solberg, trois podiums chacun, alors que Loeb a gagné trois fois, en cinq rallyes, et va tout faire pour prendre le large, au bord du golfe de Corinthe.

Un cinquième larron est prêt à sauter sur la moindre occasion de briller à nouveau: Mads Ostberg, vainqueur au Portugal de son premier rallye WRC, suite au déclassement d'Hirvonen, et surprenant 4e du championnat. "Mad Mads" s'est assagi et commence à en toucher les dividendes, lui qui reste un authentique pilote privé dans sa Fiesta de chez Stobart, l'équipe B de Ford.

Comme souvent cette saison, la journée de vendredi sera déterminante: départ à 06h00 du matin pour 170 km de spéciales, et retour éventuel à 21h00, pour les rescapés, après deux assistances-express de 15 minutes, en pleine cambrousse, avec un stock de pièces limité. Il ne restera plus que 215 km de spéciales, samedi et dimanche. Ca va être très long et très chaud.

dlo/jcp

PLUS:afp