NOUVELLES

USA: la passagère de l'avion dérouté aurait dû subir un contrôle renforcé (élu américain)

23/05/2012 11:57 EDT | Actualisé 23/07/2012 05:12 EDT

La passagère française d'un vol transatlantique, dont le comportement suspect a forcé l'appareil à se poser dans le nord-est des Etats-Unis mardi, aurait dû faire l'objet d'un contrôle renforcé avant d'embarquer, a jugé un élu chargé de la sécurité au Congrès.

"Elle voyageait sans bagage pour un séjour de dix jours. Je pense que si (l'embarquement avait eu lieu) aux Etats-Unis, on lui aurait fait subir un contrôle supplémentaire", a déclaré sur CNN le président de la commission parlementaire de la Sécurité intérieure, Peter King, mercredi.

Le vol d'US Airways reliant Paris à Charlotte (Caroline du Nord, sud-est) a été contraint de se poser mardi dans le Maine, en raison du "comportement suspect" d'une passagère française qui affirmait porter "un engin implanté de manière chirurgicale".

L'avion a atterri "par mesure d'extrême précaution" à Bangor, où la passagère a été arrêtée, selon les autorités de la sécurité aérienne (TSA).

La ressortissante française, née au Cameroun, avait montré des signes de nervosité avant le vol et elle voyageait seule et sans bagage pour dix jours.

"Nous disposons de listes de personnes considérées comme terroristes et son nom ne figurait sur aucune d'entre elles. Elle ne constituait donc pas une menace", a ajouté l'élu républicain.

Mais "nous devons aussi nous préoccuper des gens qui ne figurent pas sur les listes de surveillance des terroristes, a-t-il dit, et dans ce cas, je pense qu'elle aurait dû être prise à part et au moins subir un second contrôle, être interrogée pour savoir ce qu'elle faisait, où elle allait, et chercher des indices qui laissaient penser qu'elle avait quelque chose en tête".

La femme prétendait avoir "un engin implanté de manière chirurgicale" dans le corps mais "des médecins l'ont examinée à bord et n'ont vu aucun signe de cicatrices récentes", selon M. King.

Apparemment "perturbée psychologiquement", selon une source policière française, elle a été arrêtée dans le Maine, où elle se trouvait toujours mercredi matin.

chv/gde

PLUS:afp