NOUVELLES

Tour d'Italie - 17e étape: déclarations

23/05/2012 12:58 EDT | Actualisé 23/07/2012 05:12 EDT

Joaquim Rodriguez (ESP/Katusha), vainqueur de l'étape et leader: "C'était un jour très spécial pour moi, un an après la mort de Xavi Tondo, qui était un grand ami. Je le connaissais depuis l'enfance. C'est pour cette raison que je tenais à gagner. Evidemment, je lui dédie cette victoire. C'était une étape très dure. Liquigas a assuré un travail énorme et, s'ils opèrent de même vendredi et samedi, ce ne sera pas facile de résister. Aujourd'hui, comme beaucoup de coureurs, j'ai commencé à ressentir des crampes. Maintenant, je pense que Ryder Hesjedal est le grand favori. Il n'a pas perdu la moindre seconde aujourd'hui et, si les écarts restent les mêmes, Scarponi, Basso et moi n'avons aucune chance contre lui dans le contre-la-montre de Milan. Il faut donc passer à l'attaque et essayer de le distancer, sinon il va gagner."

Ryder Hesjedal (CAN/Garmin), 3e de l'étape et 2e du général: "Je suis présent depuis le début du Giro. J'ai cherché à tenir mon rang. Les grands favoris ne sont pas plus forts que moi."

Ivan Basso (ITA/Liquigas) 2e de l'étape et 3e du général: "C'était une étape très difficile, une journée de grand cyclisme. Le classement a bougé un peu, mais pas comme je l'espérais. Nous referons la même chose vendredi et samedi, on verra les résultats. La confirmation de cette étape, c'est Hesjedal. Il est en grande forme. Il faut le distancer sinon c'est lui qui tirera profit du chrono dimanche. Rodriguez ? il m'a parlé après l'arrivée, il m'a dit que j'y était allé fort. Szmyd ? Il a souffert de crampes, il a essayé jusqu'au plus loin possible de me donner un coup de main mais je me suis retrouvé seul au Passo Giau."

Michele Scarponi (ITA/Lampre), 4e du général: "J'ai commencé à souffrir de crampes dans la partie finale du Giau, ce n'était pas facile dès lors de se lancer dans la descente pour revenir sur le groupe de tête. J'ai pu surmonter ce moment difficile et rentrer. Sans ça, j'aurais essayé quelque chose dans la descente. J'ai sauvé la situation. Je pense que je ne me suis pas assez hydraté."

Rigoberto Uran (COL/Sky), 5e du général: "L'étape s'est très bien passée pour moi. Je suis en condition. Mais sur le Giau je n'avais pas les jambes pour attaquer et faire la différence."

jm/jr

PLUS:afp