NOUVELLES

Ryad s'engage à une aide économique au Yémen au bord de l'effondrement

23/05/2012 06:54 EDT | Actualisé 23/07/2012 05:12 EDT

Ryad a promis 3,25 milliards de dollars d'aide au Yémen et appelé à un effort international en faveur de son voisin au bord de l'effondrement économique lors d'une réunion de donateurs mercredi.

"Dans le but de préserver la stabilité et la sécurité du Yémen, l'Arabie saoudite va fournir une aide de 3,25 mds USD consacrée aux projets de développement, qui seront déterminés avec la partie yéménite", a annoncé le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud Al-Fayçal.

Le ministre s'exprimait à l'ouverture à Ryad d'une réunion des "Amis du Yémen", réunissant une trentaine de pays et d'organisations internationales, dont les monarchies du Golfe et les principales puissances occidentales.

Le prince Saoud a appelé les donateurs à faire preuve de générosité.

Au cours d'une conférence de presse à la fin de la réunion, le chef de la diplomatie saoudienne, a qualifié la rencontre de "constructive", ajoutant que l'objectif des "Amis du Yémen" était la "stabilité du Yémen qui est essentielle à son développement économique".

Il a souligné que le soutien apporté au Yémen incluait "de l'expertise dans les domaines de l'économie, de la sécurité et des affaires militaires".

A l'ouverture de la réunion, le Premier ministre yéménite, Mohamed Basindawa, a exprimé une aide des donateurs pour "consolider l'économie et combler le déficit budgétaire" de son pays.

"Nous attendons votre aide, ne nous décevez pas", a dit M. Basindawa.

Le chef de la diplomatie yéménite Abou Bakr Al-Kourbi a pour sa part souligné le besoin urgent d'une aide humanitaire de 460 millions de dollars.

Sept organisations d'aide internationale ont averti mercredi que le Yémen était au bord d'une "crise alimentaire catastrophique" et demandé à la communauté internationale "d'intensifier les efforts" en faveur de ce pays.

Dans un communiqué conjoint, les sept organisations, dont Oxfam, CARE et Save the Children, ont souligné qu'au moins 10 millions de personnes, soit environ 44% de la population, "n'ont pas assez à manger", ajoutant qu'un enfant sur trois souffrait de "malnutrition sévère".

Le Yémen a l'intention de demander à la communauté internationale une aide d'environ 10 milliards de dollars lors de cette réunion, avait indiqué début mai à l'AFP son ministre du Plan, Mohammed Saïd al-Saadi.

Le pays est au bord de l'effondrement économique. Ses difficultés ont été aggravées par le soulèvement qui a abouti au départ du président Ali Abdallah Saleh en février dernier et ouvert une transition politique incertaine.

Des milieux politiques soupçonnent l'ex-président de mettre des bâtons dans les roues du nouveau pouvoir qui a du mal à réorganiser les forces armées et de sécurité qui étaient dirigées par des proches de M. Saleh.

Devant cette réunion des "Amis du Yémen", groupe né lors d'une conférence internationale en janvier 2010 à Londres, M. Basindawa a affirmé que son gouvernement était conscient que le développement économique du Yémen ne serait pas possible sans le rétablissement de la sécurité.

Sur ce plan, le pays reste confronté à la menace directe d'Al-Qaïda qui a pris pied dans le sud et l'est du pays et que l'armée peine à déloger de ses bastions, en dépit d'une offensive d'envergure lancée le 12 mai.

Al-Qaïda a riposté en frappant avec force lundi à Sanaa où l'un de ses kamikazes a commis un attentat suicide lors de la répétition d'une parade militaire, faisant 96 morts parmi les soldats et quelque 300 blessés.

La présence d'Al-Qaïda au Yémen inquiète profondément ses voisins comme l'Arabie saoudite et les pays occidentaux, Etats-Unis en tête.

Le Yémen reste un pays "pauvre et instable" et "nous allons continuer à travailler avec le gouvernement pour essayer d'identifier les leaders d'Al-Qaïda et tenter de prévenir" leurs actes, a déclaré lundi le président américain Barack Obama en réaction à l'attentat de Sanaa.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a proposé d'accueillir du 27 au 30 juin la prochaine réunion des donateurs du Yémen.

aa/mh/sw

PLUS:afp