Pakistan: un médecin qui a aidé la CIA à trouver Ben Laden condamné à 33 ans de prison

Publication: Mis à jour:
SHAKIL AFRIDI
AP

PESHAWAR, Pakistan - Un médecin pakistanais qui a aidé la CIA à traquer Oussama ben Laden a été condamné à 33 ans de prison, mercredi, pour complot contre l'État.

Les autorités américaines avaient demandé au Pakistan de libérer le médecin, qui menait un programme de vaccination pour le compte de la CIA afin de collecter de l'ADN et de vérifier si le chef d'Al-Qaïda se trouvait dans la maison d'Abbottabad où des soldats d'élite américains l'ont tué en mai 2011 lors d'un raid.

La lourde peine infligée au docteur Shakil Afridi risque d'être considérée comme un nouveau geste de défi du Pakistan face aux demandes des États-Unis. Elle pourrait alimenter les critiques de ceux qui, aux États-Unis, pensent que le Pakistan ne devrait plus être considéré comme un allié.

La façon dont le Pakistan a traité le docteur Afridi depuis son arrestation après le raid qui a tué Ben Laden symbolise de plusieurs façons le fossé qui se creuse entre Washington et Islamabad.

Aux États-Unis et dans d'autres pays occidentaux, le docteur Afridi est considéré comme un héros qui a contribué à éliminer l'homme le plus recherché du monde. Mais l'armée pakistanaise et les chefs des services de renseignement ont été outrés par le raid à Abottabad. Pour eux, le docteur Afridi est un traître qui a collaboré avec une agence de renseignement étrangère dans le cadre d'une opération illégale menée en territoire pakistanais.

Shakil Afridi, âgé dans la cinquantaine, a été arrêté après le raid contre Ben Laden, mais le début de son procès n'a jamais été annoncé.

Le docteur Afridi a été jugé dans la région tribale de Khyber, où il a grandi. En plus de la peine de prison qui lui a été infligée, il a été condamné à une amende d'environ 3500 $ US et pourrait passer trois ans et demi de plus en prison s'il ne la paie pas, a indiqué un responsable gouvernemental dans la région de Khyber, Nasir Khan.

Shakil Afridi peut faire appel du verdict au cours des deux prochains mois, selon Iqbal Khan, une autre responsable du gouvernement dans la région.

Un responsable de l'Inter-Services Intelligence (ISI), la plus importante agence pakistanaise de renseignement, a affirmé que la décision avait été prise dans «l'intérêt national» du Pakistan. Il a rejeté les précédents appels de la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, et d'autres responsables américains qui ont demandé la libération du docteur Afridi. Ce responsable a réclamé l'anonymat parce que l'ISI ne permet pas à ses agents d'être identifiés dans les médias.