NOUVELLES
23/05/2012 04:17 EDT | Actualisé 23/07/2012 05:12 EDT

Le président malien soigné en France après avoir été battu par des manifestants

BAMAKO, Mali - Le président malien par intérim, qui a été battu par des manifestants entrés de force dans son bureau lundi, a quitté le Mali pour recevoir des soins médicaux en France, ont annoncé mercredi un conseiller malien et deux responsables du gouvernement français.

Le départ inattendu et non médiatisé de Dioncounda Traoré, âgé de 70 ans, laisse un dangereux vide du pouvoir au Mali après le coup d'État militaire du mois de mars.

Un conseiller de M. Traoré joint par téléphone a affirmé que le président par intérim avait quitté le Mali pour la France afin de se soumettre à des tests médicaux au coeur, parce qu'il a déjà subi une crise cardiaque. Deux responsables du gouvernement français ont confirmé que M. Traoré était attendu à Paris pour des traitements. Ces trois sources ont réclamé l'anonymat compte tenu du caractère délicat de l'information.

Les médiateurs ont travaillé sans relâche pour que les putschistes maliens acceptent la transition vers un gouvernement civil. Le week-end dernier, le chef de la junte a finalement accepté de se retirer et de permettre à M. Traoré, ancien président de l'Assemblée nationale, de diriger le pays pendant un an avant l'organisation de nouvelles élections.

Les leaders militaires du Mali font maintenant face à des sanctions pour l'attaque brutale de lundi contre le président par intérim.

Selon des journalistes présents à Bamako, des soldats ont laissé les manifestants entrer dans le palais présidentiel. Une fois à l'intérieur, les manifestants ont battu M. Traoré, qui a perdu conscience avant d'être transporté dans un hôpital local. Les manifestants ont été vus en train de festoyer dans le bureau du président, où ils ont hissé sa cravate et sa chaussure ensanglantés.

Les manifestants auraient été soutenus par des soldats loyaux à la junte qui sont mécontents du retour au gouvernement civil.

Les pays voisins du Mali ont envoyé des médiateurs pour presser la junte de rétablir l'ordre constitutionnel. En vertu de la Constitution malienne, si le président n'est pas en mesure d'achever son mandat, le président de l'Assemblée nationale devient chef d'État par intérim pendant une période de transition, jusqu'à l'organisation de nouvelles élections.

Dioncounda Traoré est une personnalité controversée au Mali parce qu'il est considéré comme un proche allié du président renversé, Amadou Toumani Touré. Même si le coup d'État a mis fin à deux décennies de démocratie au Mali, plusieurs citoyens se sont dits favorables au putsch à cause de leur frustration face à l'ancien gouvernement, considéré comme incompétent et corrompu.

PLUS:pc