NOUVELLES

Jeux de 2020: Bakou et Doha sont retranchées des villes candidates

23/05/2012 11:14 EDT | Actualisé 23/07/2012 05:12 EDT

QUÉBEC - Doha et Bakou ont été éliminées de la course à l'obtention des Jeux olympiques de 2020, mercredi, après que le CIO eut ramené le nombre de villes candidates de cinq à trois.

Tokyo, Madrid et Istanbul ont franchi le seuil de qualification après que la branche exécutive du Comité international olympique se soit entendue sur la courte liste de finalistes.

Doha, la capitale du Qatar, et Bakou, la capitale de l'Azerbaïdjan, ont été écartées pour la deuxième fois de suite après avoir échoué dans leur tentative de se faufiler parmi les finalistes pour les Jeux de 2016.

Tokyo, Madrid et Istanbul — toutes d'anciennes villes candidates — ont donc accédé à la phase finale, une course de 17 mois qui connaîtra son dénouement avec le vote du CIO le 7 septembre 2014, à Buenos Aires.

Istanbul est en lice pour la cinquième fois au total, tandis que Madrid est dans la course pour une troisième fois de suite et que Tokyo tente sa chance pour une deuxième fois consécutive.

Ce fut un choix difficile pour le CIO, qui a dû choisir entre garder les cinq villes dans la course ou rétrécir la liste de villes candidates à quatre ou trois — surtout en temps de crise économique, comme c'est le cas actuellement. Les dirigeants du CIO ont indiqué qu'ils avaient pris un risque calculé.

Les 15 membres de la branche exécutive, dirigée par le président du CIO Jacques Rogge, ont choisi les finalistes après avoir examiné une évaluation technique réalisée par un groupe d'experts olympiques.

Bakou a toujours été la négligée, puisqu'elle manquait d'expérience en organisation d'événements de calibre international. Le principal enjeu était de savoir s'il fallait accepter Doha, et le plus récent refus du CIO suscitera très certainement la colère du Qatar.

Le Qatar accueille déjà la Coupe du monde de 2022, mais est confrontée à des problèmes liés à la chaleur, au sychronisme et à d'autres enjeux en lien avec l'organisation de Jeux olympiques. Le CIO a accepté de laisser Doha déposer sa candidature en vertu de la proposition du Qatar d'organiser les JO du 2 au 18 octobre afin d'éviter la chaleur suffocante de l'été, mais les dirigeants du CIO demeuraient perplexes quant à la météo, les conditions de vie pour les athlètes et les conflits potentiels avec la télévision et les autres événements sportifs majeurs qui ont lieu à cette période de l'année.

Le directeur exécutif du CIO Gilbert Felli a précisé que les dates du mois d'octobre n'étaient pas «la seule raison» pour laquelle Doha a été écartée.

PLUS:pc