NOUVELLES

Huit morts, dont trois pèlerins libanais, dans des violences en Irak

23/05/2012 11:08 EDT | Actualisé 23/07/2012 05:12 EDT

Huit personnes ont été tuées et plus d'une trentaine d'autres blessées mercredi dans plusieurs attaques en Irak, dont l'une a visé un bus de pèlerins chiites libanais, a-t-on appris de sources policières et médicales.

Ces violences sont intervenues alors que l'Irak revient sur la scène internationale en accueillant des représentants de l'Iran et des grandes puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni, France et Allemagne) pour des discussions sur le programme nucléaire de Téhéran.

Trois pèlerins chiites libanais ont été tués et 10 autres blessés lorsqu'une bombe a explosé au passage de leur bus dans la zone de Khamsat Kilo, à l'ouest de Ramadi, la capitale de la province majoritairement sunnite d'Anbar, selon une source policière locale.

Une source médicale à la morgue de Ramadi a confirmé les trois morts et évoqué 11 blessés -- six femmes et cinq hommes. Selon un officier de police à Ramadi, il y avait une quarantaine de personnes dans le bus, dont des femmes et des enfants.

L'Irak abrite quelques-uns des lieux les plus sacrés de l'islam chiite et accueille chaque année des centaines de milliers de pèlerins, qui sont régulièrement visés par des attentats à la bombe.

Au nord de Bagdad, trois autres personnes ont été tuées et 14 blessées dans plusieurs attaques à Baqouba, dans la province de Diyala, selon un officier de police et le Dr Ahmed Ibrahim, de l'hôpital général de la ville.

Plus au nord, deux policiers ont été tués et trois autres blessés dans une série d'attaques à Kirkourk, dans une zone riche en pétrole que la province autonome du Kurdistan irakien souhaite intégrer.

Un policier a été tué lors d'un assaut contre la maison d'un haut responsable de la police, et un autre a succombé à l'explosion d'une bombe aimantée fixée sur son véhicule, selon des sources policières.

Dans la capitale, malgré les mesures de sécurité renforcées à l'occasion des négociations sur le nucléaire iranien, quatre personnes ont été blessées dans l'explosion d'une bombe près d'une mosquée sunnite dans l'ouest de Bagdad, selon un responsable du ministère de l'Intérieur.

Des milliers de membres des forces de l'ordre ont été déployées autour de la ville dans le but d'éviter les tirs de roquettes ou de mortiers, et des renforts ont été déployés sur les postes de contrôle dans la capitale.

Pour l'Irak, les négociations iraniennes représentent une nouvelle occasion de montrer que le pays peut organiser et assurer la sécurité de grands événements, après le succès du sommet de la Ligue arabe à Bagdad en mars, le premier en plus de 20 ans.

En 2006 et 2007, l'Irak a été déchiré par de violents combats confessionnels qui ont fait des dizaines de milliers de morts. L'intensité de ces violences a nettement diminué depuis, mais les tensions restent fortes et les morts encore nombreux.

str-wd/fc/vl

PLUS:afp