Huffpost Canada Quebec qc

Google autorisé à diffuser ses cartes et d'autres programmes en Syrie

Publication: Mis à jour:
GOOGLE CHROME
Getty Images

Le groupe internet Google a annoncé mercredi qu'il avait reçu l'autorisation des autorités américaines de rendre accessibles en Syrie plusieurs de ses programmes, les cartes de Google Earth, le navigateur Chrome et l'application de photo Picasa.

"La liberté d'expression est un droit de l'Homme fondamental et une valeur essentielle pour notre entreprise, mais parfois il y a des limites quant aux endroits où nous pouvons rendre accessibles nos produits et services", a expliqué un responsable de Google chargé de ces questions, Neil Martin, sur le blog de l'entreprise.

"Les programmes américains de contrôle des exportations et de sanctions, par exemple, nous interdisent de proposer le téléchargement de certains de nos produits dans certains pays", a-t-il précisé.

L'an dernier Google avait rendu les mêmes programmes accessibles en Iran, en bloquant toutefois l'accès aux ordinateurs gouvernementaux.

Cette annonce intervient alors que l'administration américaine est engagée dans une campagne de promotion de la liberté en ligne à travers le monde, tout en veillant à limiter la détention par des régimes répressifs de programmes ou de matériels permettant de filtrer ou surveiller l'information qui circule sur internet.

En Syrie, les opposants au régime recourent par exemple à des sites sociaux comme Facebook et YouTube pour assurer une plus grande mobilisation.

Mais le régime de Bachar al-Assad a déployée une unité spéciale, baptisée "armée électronique syrienne", pour assurer la diffusion de commentaires lui étant favorables sur les sites anti-Assad.

En février l'accès au site suédois de diffusion de vidéos par téléphone portable Bambuser avait été bloqué en Syrie peu après l'envoi par un utilisateur d'images d'un bombardement à Homs (centre), vraisemblablement mené par le régime de Bachar al-Assad.

rl/chr/sl/gde

Sur le web

Syrie : Google peut diffuser ses cartes

On vous surveille aussi, Big Brother!