NOUVELLES

Euro-2012 - Danemark - Sorensen, il y a une vie après Schmeichel

23/05/2012 07:23 EDT | Actualisé 23/07/2012 05:12 EDT

Le gardien du Danemark Thomas Sorensen, 35 ans, prouve qu'il y a une vie dans les buts de la sélection après le grand Peter Schmeichel, même s'il n'a ni gagné les trophées ni porté les maillots de grands clubs européens de son illustre prédécesseur.

Le portier de Stoke City peut s'enorgueillir d'avoir atteint les 100 sélections sous le maillot de son pays, lors d'un amical contre la Russie en février.

Dans ses buts, Sorensen est calme, discret, diffusant assurance et sérénité par son économie de paroles et gestes. Rien à voir avec le tempétueux Schmeichel, qui a lui aussi joué en Angleterre mais dans les rangs du grand Manchester United.

"Il n'y a rien de plus grand que de jouer pour son pays", clame Sorensen, également passé par des clubs moins huppés en Premier League, comme Sunderland ou Aston Villa.

"Je ne pensais pas un jour atteindre le cap des 100 sélections. Quand j'ai pris la suite de Peter Schmeichel, je savais que je devrais faire à ma façon, pas chercher à le copier", confiait-il récemment sur le site de l'UEFA.

Le coach danois Morten Olsen, qui fait lui aussi partie du club des joueurs ou anciens joueurs danois à avoir atteint ou dépassé les 100 capes, n'a qu'un mot à la bouche pour décrire son gardien: "Constance".

"Vous n'avez pas besoin d'évaluer un joueur qui a joué 100 fois pour son pays, ce chiffre parle de lui-même. Il n'a commis que quelques erreurs pour nous dans le passé et il aussi été notre sauveur: c'est ce dernier aspect que les gens devront retenir quand il aura arrêté", poursuit le sélectionneur.

Sorensen aurait pu ne jamais voir l'Euro en Ukraine et Pologne. Il avait failli perdre un oeil, et donc terminer sa carrière, sur un choc avec le défenseur des Spurs de Tottenham Alan Hutton, en octobre 2008.

"C'est passé à un millimètre près, et c'est un miracle qu'il n'y ait pas eu plus de dégâts", se souvient Sorensen, qui s'en était tiré avec une grosse entaille sanguinolente au-dessus et au-dessous de l'oeil.

Respecté en sélection -les jeunes joueurs viennent le voir pour demander conseil- Sorensen présente un palmarès sans titre majeur.

Il est passé tout près d'un titre quand Stoke City a été battu en finale de la Coupe d'Angleterre par Manchester United en 2011: "Je la voulais tellement cette Coupe, je ne sais pas si c'était ma dernière chance de gagner quelque chose d'important, j'espère que non, mais on ne sait jamais, c'est pour ça que j'en avais les larmes aux yeux à la fin du match".

Ne rien avoir gagné en club en Angleterre sera sans doute le regret majeur de ce portier qui se rapproche de l'âge de la retraite sportive, puisqu'il fêtera ses 36 ans le 12 juin, en plein Euro, la veille du Danemark-Portugal.

pi-pgr/gv

PLUS:afp