NOUVELLES

Accident nucléaire à Fukushima: aucun employé de la centrale n'est mort irradié

23/05/2012 09:52 EDT | Actualisé 23/07/2012 05:12 EDT

VIENNE, Autriche - Un an après le séisme et le tsunami qui ont provoqué une catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon, une agence de l'ONU a affirmé mercredi qu'aucun des six anciens travailleurs de la centrale qui sont morts depuis l'accident n'avait succombé aux effets des radiations.

Le Comité scientifique de l'ONU sur les effets des radiations atomiques (UNSCEAR) affirme que même si plusieurs employés des réacteurs de la centrale Fukushima Dai-ichi ont été irradiés après la contamination de leur peau, «aucun effet clinique observable n'a été rapporté».

Le président du Comité, Wolfgang Weiss, a déclaré dans un communiqué que l'agence avait pour objectif d'évaluer les niveaux d'irradiation d'environ deux millions de personnes qui vivaient dans la préfecture de Fukushima au moment de l'accident nucléaire, le 11 mars 2011. Le Comité prépare un rapport sur les effets de la catastrophe pour la santé de la population.

M. Weiss a précisé que le Comité, qui prévoit présenter son rapport à l'Assemblée générale de l'ONU l'an prochain, avait aussi procédé à des tests sur la glande thyroïde de plus d'un millier d'enfants de la région.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a quant à elle affirmé, mercredi, que plusieurs zones situées près de la centrale présentaient un niveau de radiation supérieur au niveau critique pour la santé, mais que la majorité du pays restait à un taux acceptable.

Dans un rapport de 124 pages, l'OMS ajoute que les pays voisins du Japon ont des niveaux de radiation comparables aux niveaux habituels de radiation naturelle. Dans le reste du monde, il y a eu une faible exposition aux radiations par le biais de la nourriture.

L'Agence internationale de l'énergie atomique a déjà confirmé que les taux de radiation dans certains types de lait et de légumes japonais avaient atteint des niveaux supérieurs à la limite autorisée au Japon pour la consommation humaine.

Le séisme et le tsunami de mars 2011 ont détruit les systèmes de refroidissement de la centrale de Fukushima, provoquant des fuites radioactives et le plus grave accident nucléaire depuis celui de Tchernobyl, en 1986.

PLUS:pc