NOUVELLES

Scandale autour d'un vice-champion olympique russe après un accident mortel

22/05/2012 08:10 EDT | Actualisé 22/07/2012 05:12 EDT

Le vice-champion olympique de saut à la perche, le Russe Evguéni Loukianenko, attendu aux JO de Londres, est accusé cette semaine dans la presse d'avoir provoqué un accident de voiture mortel et d'avoir payé un ami pour assumer la responsabilité du drame.

Le journal Moskovski Komsomolets, dont l'enquête a été reprise par de nombreux blogs et médias, raconte que l'athlète était ivre au volant lors d'un accident de voiture qui a coûté la vie à une femme enceinte et laissé en fauteuil roulant son ex-petite amie, Anna Klimenko.

Les faits se sont déroulés dans la région de Krasnodar (sud) en août 2009 et les accusations du quotidien s'appuient notamment sur les témoignages de l'ex-fiancée et d'une enquêteur russe.

Mlle Klimenko y raconte que le sportif avait convaincu un passager de la voiture et ami, Alexeï Liachenko, de dire qu'il était au volant. Elle a expliqué avoir brisé le silence car Loukianenko a rapidement cessé de payer pour ses soins.

Une enquêtrice, Ioulia Lebedeva, qui était sur les lieux de l'accident, n'a aucun doute sur l'identité du conducteur. "D'après les conversations dans la foule, j'ai compris que c'était Evguéni Loukianenko qui était au volant", a-t-elle déclaré à MK.

Deux ans après les faits, le procès n'a toujours pas eu lieu et personne n'a été placé en détention, malgré les aveux de Liachenko. L'enquête a repris en janvier et, selon un autre enquêteur, la défense s'emploie maintenant à expliquer l'accident par l'existence d'un nid de poule sur la route.

"Il n'y a aucune preuve directe de qui était au volant. C'est le noeud du problème. On pourrait faire passer Loukianenko au détecteur de mensonges, mais ce ne serait pas une preuve au tribunal", souligne cet enquêteur, Nikolaï Kolonitski, cité par MK.

Pour les proches de Loukianenko, ces accusations visent à déstabiliser l'athlète de 27 ans, médaillé à Pékin. "Le scandale médiatique vise à déprimer le sportif pour l'empêcher d'obtenir sa médaille aux JO à Londres", a déclaré à l'AFP le président de la Fédération d'atlétisme de Krasnodar, Piotr Bezïazytchny.

Les faits sont passibles de sept ans de prison.

ml/alf/nm/jmt

PLUS:afp