CAP CANAVERAL, États-Unis - La société américaine SpaceX a lancé avec succès, mardi, sa fusée Falcon 9 et sa capsule Dragon contenant 450 kilos de marchandises à destination de la Station spatiale internationale (SSI). C'est la première fois qu'un vol vers la SSI est assuré par une entreprise privée, ouvrant une nouvelle ère dans le transport spatial commercial.

Le lancement avait été annulé samedi une demi-seconde avant le décollage, les ordinateurs ayant détecté un problème dans une valve de l'une des chambres de combustion des neuf moteurs. La pièce défectueuse a été changée rapidement et la fusée s'est envolée sans encombre mardi avant l'aube de Cap Canaveral, en Floride.

Neuf minutes plus tard, la capsule Dragon a atteint l'orbite terrestre et ses panneaux solaires se sont déployés, provoquant le soulagement et la joie au Centre spatial Kennedy et au centre de contrôle de la mission Space X.

«Falcon a parfaitement volé! Dragon est en orbite», s'est félicité le fondateur et PDG de SpaceX, le milliardaire Elon Musk, sur Twitter.

Dragon doit maintenant rejoindre la Station spatiale internationale. La capsule effectuera jeudi des manoeuvres d'approche à environ deux kilomètres de distance de la SSI, ultime répétition avant l'amarrage prévu vendredi.

C'est le premier lancement réalisé par l'une des entreprises américaines privées qui espèrent pouvoir prendre en charge le ravitaillement de la SSI et, à terme, l'envoi d'astronautes pour le compte de la NASA. Jusqu'à présent, ce genre de missions étaient effectuées par des États, principalement la Russie, les États-Unis, les pays de l'Union européenne et le Japon.

Après avoir mis fin à son programme de navettes spatiales à l'été 2011, la NASA entend désormais se tourner vers le secteur privé pour envoyer des astronautes dans l'espace à partir du territoire américain. Selon SpaceX, ces vols habités pourraient avoir lieu d'ici trois à quatre ans.

«Chaque vol dans l'espace est un moment exaltant, mais celui-ci l'est particulièrement», a commenté John Holdren, conseiller scientifique du président américain Barack Obama. «Ce rôle accru du secteur privé va libérer des ressources de la NASA et lui permettre de faire ce qu'elle sait le mieux faire: se confronter aux plus grands défis technologiques de l'espace, y compris ceux de vols habités au-delà de l'orbite basse terrestre», a-t-il ajouté.

Loading Slideshow...