NOUVELLES

JO-2012 - Pas de minute de silence à Londres pour les athlètes israéliens

22/05/2012 01:04 EDT | Actualisé 22/07/2012 05:12 EDT

La cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques de Londres ne sera pas ponctuée par une minute de silence commémorant la mort des 11 athlètes israéliens tués il y a 40 ans lors des JO de Munich, comme le réclamait l'Etat hébreu, a déclaré mardi à Québec une porte-parole du CIO.

"Le CIO a régulièrement commémoré la tragédie de 1972 et le fera une nouvelle fois à Londres lors d'une cérémonie qui se déroulera pendant les Jeux, mais il n'y aura pas de minute de silence pendant la cérémonie d'ouverture", a indiqué cette source à l'AFP, indiquant que la décision avait été prise par le CIO en concertation avec le Comité olympique israélien et signifiée à Israël par une lettre du président du CIO, Jacques Rogge.

Comme c'est la coutume lors de chaque édition des JO d'été, la commémoration sera organisée par le comité olympique israélien et M. Rogge y assistera, comme il l'avait fait à Pékin, en 2008.

"Ce n'est pas à proprement parler un refus d'organiser une minute de silence", a poursuivi la porte-parole du CIO, confirmant qu'il n'y aurait rien de spécial pour le 40e anniversaire de la tuerie de Munich.

Le vice-ministre israélien des affaires étrangères Danny Ayalon a vivement réagi à la position du CIO sur le site du ministère.

"Cette réponse est inacceptable et contredit les principes de fraternité sur lesquels l'idéal olympique est censé reposer. Les assassinats terroristes des athlètes israéliens ne furent pas seulement une attaque envers des gens en raison de leur nationalité ou de leur religion, ce fut une attaque contre les jeux Olympiques et la communauté internationale", peut-on lire dans ce communiqué.

"Il est donc nécessaire pour les jeux Olympiques de commémorer cet événement lors de leur ouverture plutôt que dans une cérémonie marginale", poursuit le ministre qui avait réclamé fin avril au CIO d'inclure une minute de silence dans la cérémonie d'ouverture des JO de Londres. Il conclut en espérant que l'autorité olympique reviendra sur sa décision.

Le 5 septembre 1972, onze membres de la délégation olympique israélienne, un policier allemand et cinq membres d'un commando de l'organisation palestinienne "Septembre noir" avaient été tués lors d'une prise d'otage au Village olympique à Munich.

cha/ep

PLUS:afp