Israël très sceptique sur un accord entre l'Iran et l'AIEA

AFPQC  |  Par Publication: Mis à jour: 22/05/2012 12:10

Israël est "très sceptique" sur l'accord que doivent conclure prochainement l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et l'Iran pour résoudre les questions en suspens sur le programme nucléaire controversé de Téhéran, a indiqué mardi un haut responsable à l'AFP.

"Nous sommes très sceptiques sur cet accord apparent entre l'AIEA et l'Iran. Nous avons vu comment des accords passés entre l'AIEA et l'Iran étaient violés de manière flagrante par l'Iran", a-t-il affirmé sous le couvert de l'anonymat.

"Cet accord apparent avec l'Iran ne traite que de la supervision de l'AIEA mais pas de la question la plus importante: empêcher l'Iran de développer une arme nucléaire", a-t-il souligné, réitérant les exigences du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu: que l'Iran "arrête tout enrichissement (d'uranium, NDLR), livre tout le matériau enrichi et démantèle le site près de Qom".

Le directeur général de l'AIEA, Yukiya Amano, a fait part mardi d'un accord qui serait prochainement signé entre l'agence et l'Iran sur une "approche structurée" concernant le programme nucléaire de Téhéran, au retour de sa première visite en Iran.

Le négociateur iranien sur le nucléaire Saïd Jalili "a précisé que les différences existantes ne seraient pas un obstacle à l'accord", a ajouté M. Amano, qui ne s'est pas étendu sur ces différences.

"La chose importante est que j'ai pu parler directement aux dirigeants en Iran et nous comprenons mieux nos positions mutuelles", a-t-il souligné.

Cette annonce intervient à la veille d'une importante réunion sur la question à Bagdad entre les représentants iraniens et le groupe dit 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne, plus l'Allemagne).

Une grande partie de la communauté internationale soupçonne l'Iran de vouloir, sous couvert de programme nucléaire civil, se doter de la bombe atomique, ce que dément Téhéran.

Israël, considéré comme l'unique puissance nucléaire de la région, un statut sur lequel il maintient l'ambiguïté, présente le programme nucléaire iranien comme une menace pour son existence, se référant aux déclarations répétées des dirigeants de la République islamique souhaitant ou prédisant sa disparition.

Les principaux responsables israéliens, M. Netanyahu en tête, agitent périodiquement la menace d'une opération militaire, exprimant leurs doutes sur l'efficacité des sanctions contre Téhéran, a contrario de l'administration américaine.

jjm-sst/agr/feb

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Patrick White  |