NOUVELLES

Deux Canadiennes tuées aux USA: l'accusée souffrirait de troubles mentaux

22/05/2012 05:15 EDT | Actualisé 22/07/2012 05:12 EDT

ATLANTIC CITY, États-Unis - La femme arrêtée en lien avec la mort de deux Canadiennes à Atlantic City, au New Jersey, a éclaté de rire, grimacé et demandé à de multiples reprises où se trouvait son avocat lors de sa comparution en cour, mardi.

Antoinette Pelzer est accusée d'avoir poignardé mortellement deux Canadiennes, âgées de 80 et 47 ans. Bien que leur identité n'ait pas été révélée, un porte-parole de la police d'Atlantic City a indiqué que les femmes étaient des résidantes de Scarborough, dans la région de Toronto, et d'origine asiatique.

Elles ont été tuées lundi matin alors qu'elles marchaient dans un secteur de la ville où se concentre la majorité des entrées et des stationnements de casinos établis à Atlantic City.

Les rapports d'autopsies des victimes indiquent que l'une des femmes est décédée au bout de son sang et que l'autre avait rendu l'âme après avoir été poignardée au coeur.

La tante de l'accusée a mentionné que la femme, âgée de 44 ans, souffre de troubles mentaux depuis fort longtemps.

Le juge de la Cour supérieure Michael Donio a lu l'acte d'accusation déposé contre Mme Pelzer, qui aurait poignardé l'une des femmes pour ensuite tenter de voler son portefeuille. L'accusée aurait frappé plusieurs fois la victime parce qu'elle résistait.

Le juge Donio a poursuivi en mentionnant que l'une des Canadiennes avait été poignardée à plusieurs endroits de son corps, avec un couteau de boucher faisant 30 centimètres de longueur. L'autre victime a été frappée au bas du corps de même que sur les mains et les épaules, tandis qu'elle tentait d'aider l'autre femme, a-t-il ajouté.

Les autorités n'ayant toujours pas contacté les proches des victimes, le juge Donio a accepté de garder leur identité secrète pendant au moins 72 heures. La nature de leurs liens, si toutefois il devait y en avoir, demeurait encore inconnue.

Antoinette Pelzer avait d'abord été accusée de deux chefs de voies de fait graves et de possession d'armes, avant que des accusations plus graves ne soient portées.

PLUS:pc