NOUVELLES

USA: des organisations catholiques contre le remboursement de contraceptifs

21/05/2012 07:48 EDT | Actualisé 21/07/2012 05:12 EDT

Quarante-trois diocèses, universités et autres organisations catholiques ont déposé lundi douze plaintes à travers les Etats-Unis pour protester contre le remboursement de contraceptifs par les assurances-maladie, apprend-on auprès des plaignants.

Selon une de ces plaintes, dont l'AFP a obtenu une copie, les organisations catholiques estiment que ces remboursements prévus dans la réforme de Barack Obama sur la santé violent la liberté de religion.

"Le gouvernement cherche à obtenir des plaignants - toutes les entités catholiques - qu'ils violent leur croyances religieuses sincères en fournissant, payant et en facilitant l'accès à ces services" que sont "les pilules abortives, la stérilisation et la contraception", peut-on lire dans la plainte déposée devant un tribunal de Washington notamment par l'Archevêché de Washington et l'université catholique d'Amérique.

Les plaignants demandent à la justice de ne pas soumettre les organisations religieuses à cette mesure en vertu du premier amendement de la Constitution sur la liberté de religion.

Parmi les autres plaignants figurent les Archevêchés de New York, Pittsburgh, Dallas et St Louis ainsi que des universités et des organisations caritatives.

"Nous applaudissons cette action courageuse de tant de diocèses, organisations de charité, hôpitaux et écoles à travers le pays", s'est félicité dans un communiqué le cardinal Timothy Dolan, archevêque de New York.

"C'est aussi une manifestation convaincante de l'unité de l'Eglise pour la défense de la liberté de religion", a-t-il ajouté, estimant avoir "tenté de négocier avec l'administration et avec le Congrès sur la loi mais il n'y a toujours rien de réparé".

La conférence des évêques catholiques américains avait déjà fait part de son opposition à la réforme de Barack Obama qui prévoit que les contrats d'assurance-maladie incluent à partir du 1er août les contraceptifs. Le président des Etats-Unis Barack Obama avait annoncé un compromis, également rejeté par les évêques au nom de la liberté religieuse.

La Cour suprême des Etats-Unis doit annoncer en juin si elle confirme tout ou partie de cette loi, que 26 Etats américains ont attaqué en justice.

chv/eg

PLUS:afp