NOUVELLES

Tour d'Italie - Trois étapes de haute montagne

21/05/2012 10:46 EDT | Actualisé 21/07/2012 05:12 EDT

Avant sa conclusion, le Giro propose des étapes pour les attaquants (mardi), les sprinteurs (jeudi), les rouleurs (dimanche) et surtout les grimpeurs comblés par trois journées de haute montagne dans le nord de l'Italie.

MERCREDI 17e étape Falzes - Cortina d'Ampezzo, 186 km: deux cols de deuxième catégorie, deux autres de première catégorie, dans le massif des Dolomites. A partir de la petite ville d'Agordo, montées et descentes alternent sans cesse. Avec, pour principale difficulté, le Giau, une ascension pentue (9,3 %) de 9,9 kilomètres, jusqu'à 2236 mètres d'altitude. Au sommet, à 18 kilomètres de l'arrivée, il ne reste plus qu'à plonger vers Cortina d'Ampezzo, la station chic des Dolomites qui avait accueilli les JO d'hiver 1956 (candidate aux Mondiaux de ski 2017).

VENDREDI 19e étape Trévise - Alpe di Pampeago, 198 km: la boucle qui fait peur. Après le Passo Manghen (20,5 km à 7,4 %), le parcours escalade une première fois le Pampeago, jusqu'au sommet du col (2006 m - 10,5 km à 9,7 %), et redescend vers Cavalese par le marche-pied du Passo Lavaze, un col de 2e catégorie. Puis, c'est l'ascension classique de l'Alpe di Pampeago sur une route large et roulante mais très raide (7,7 km à 9,8 %) jusqu'à la ligne installée à 1740 mètres d'altitude, comme lors des quatre arrivées précédentes depuis 1998 (Tonkov, Pantani, Simoni et Sella pour vainqueurs).

SAMEDI 20e étape Caldes - Passo di Stelvio, 219 km: l'étape-reine dont les grands cols (Mortirolo et Stelvio) ont été plébiscités par les internautes consultés par les organisateurs du Giro. Le Tonale (2e catégorie), Aprica et Tegio (3e cat.), font office de hors d'oeuvre. Le Mortirolo, la montagne de Pantani, est abordé par un versant différent (11,4 km à 10,5 %) mais toujours étouffant dans sa partie initiale (7,5 km à 11,6 %). Le passage au sommet (1718 m), à 56,6 kilomètres de l'arrivée, est suivi d'une longue descente et d'un faux-plat menant à Bormio, point de départ de l'ascension du mythique Stelvio. Les 22,4 kilomètres (à 7 %), au long d'interminables lacets entre les murs de neige, mènent à 2757 mètres d'altitude. C'est le point le plus haut atteint par le Giro qui, par le passé, est arrivé à trois reprises dans ce site, la dernière fois en 1975.

jm/grd

PLUS:afp