NOUVELLES

Près de 100 soldats yéménites tués dans un attentat suicide d'Al-Qaïda

21/05/2012 02:18 EDT | Actualisé 21/07/2012 05:12 EDT

Près de 100 soldats ont été tués lundi dans un attentat suicide mené à Sanaa par Al-Qaïda, qui a raté de peu le ministre de la Défense et menacé de frapper à nouveau l'armée engagée dans une vaste offensive contre le réseau extrémiste dans le sud du Yémen.

Cet attentat est le premier de cette ampleur à Sanaa depuis l'accession au pouvoir en février du président Abd Rabbo Mansour Hadi qui a promis dans un communiqué de poursuivre "la guerre contre le terrorisme (...) quels que soient les sacrifices".

Le président américain Barack Obama, dont le pays aide le Yémen dans sa lutte contre Al-Qaïda, a présenté ses "sincères condoléances" après "l'attentat terroriste lâche". Son principal conseiller pour l'antiterrorisme John Brennan et M. Mansour Hadi ont "souligné le partenariat inébranlable" entre leurs pays.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a "fermement condamné" l'attaque et "demandé à tous au Yémen de rejeter l'utilisation de la violence sous toutes ses formes (...)".

Quatre-vingt-seize militaires ont péri dans l'attentat mené par un soldat qui s'est fait exploser au milieu de ses camarades s'entraînant pour une parade sur la place Sabiine. Près de 300 autres ont été blessés, selon des sources hospitalières.

Les victimes appartiennent aux unités de la sécurité centrale, un corps de l'armée encore dirigé par un neveu de l'ancien président Ali Abdallah Saleh, le général Yahia Mohamed Abdallah Saleh.

L'explosion s'est produite devant la tribune où se trouvaient le ministre de la Défense, Mohamed Nasser Ahmed, et le chef d'état-major, le général Ahmed Ali al-Achoual, qui n'ont pas été touchés, selon des sources militaires.

La tribune est destinée aux personnalités attendues mardi pour la parade marquant le 22e anniversaire de l'unification du nord et du sud du Yémen. M. Hadi devrait y prononcer un discours.

L'explosion a provoqué un cratère dans l'asphalte, selon un correspondant de l'AFP.

Dans un communiqué publié sur des sites jihadistes, Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (Aqpa) a revendiqué l'attentat, affirmant qu'il visait le ministre de la Défense et le chef d'état-major.

"Nous rappelons aux collaborateurs qui dirigent l'armée et les forces de sécurité au Yémen que la guerre américaine à Abyane, au cours de laquelle les avions américains et saoudiens tuent nos femmes et enfants ne peut avoir lieu alors que vous êtes en sécurité à Sanaa. Nous nous vengerons", écrit-il.

"Les flammes de la guerre vous atteindront où que vous soyez et ce qui s'est passé (lundi) n'est que le début du chemin du jihad (guerre sainte)", menace-t-il.

L'armée yéménite a lancé le 12 mai la plus vaste jamais menée contre Al-Qaïda pour reprendre deux villes tenues par le réseau dans la province d'Abyane (sud). Al-Qaïda opère dans cette région sous l'appellation des "Partisans de la Charia".

Les opérations ont fait jusqu'ici 234 morts selon un bilan compilé par l'AFP à partir de chiffre fournis par des tribus, l'armée ou des supplétifs: 158 combattants d'Al-Qaïda, 41 soldats, 18 supplétifs de l'armée et 17 civils.

Les "Partisans de la Charia" ont affirmé, dans un communiqué, avoir tendu une embuscade à Hodeïda (ouest) à quatre experts américains formant les gardes-côtes yéménites, blessant trois. Mais l'ambassade des Etats-Unis à Sanaa a démenti la présence de tels experts dans la ville.

Une source de sécurité à Hodeïda a confirmé l'attaque, sans autre précision, et des témoins ont indiqué que trois Américains avaient essuyé des tirs en sortant d'un restaurant et que l'un d'eux avait été touché.

Selon une source diplomatique arabe, des experts américains aident les forces armées yéménites dans le sud et certains d'entre eux se trouvent sur la base aérienne d'Al-Anad, proche du théâtre des opérations.

De nombreux chefs d'Al-Qaïda ont été tués ces dernières semaines dans le sud et l'est du Yémen dans des attaques de drone attribuées aux Américains.

mou-str/mh/at/tp

PLUS:afp