Manifestations à Montréal : le maire Gérald Tremblay appelle à une trêve

Publication: Mis à jour:
GERALD TREMBLAY
AFP/Getty Images

Au lendemain d'une manifestation qui s'est soldée par plus de 300 arrestations à Montréal, le maire Gérald Tremblay a demandé une reprise du dialogue entre les associations étudiantes et le gouvernement, sans quoi la situation risque de se détériorer à son avis.

Gérald Tremblay a aussi félicité les policiers pour leur travail, malgré les critiques de plusieurs personnes présentes à la manifestation de dimanche.

Dimanche soir, plus de 300 personnes ont été arrêtées lors d'une 27e manifestation nocturne. Les policiers rapportent avoir reçu des projectiles avant le début de la manifestation, qui a commencé vers 21 h au parc Émilie-Gamelin.

Le groupe de protestataires s'est ensuite scindé en trois, l'un d'entre eux se dirigeant vers le nord et un autre vers l'ouest. Un feu a été allumé au coin des rues Saint-Denis et Ontario et des vitres ont été fracassées au coin de Bleury et Sherbrooke, puis au coin de Clark et Sainte-Catherine.

Les policiers ont déclaré le rassemblement illégal peu après 21 h et tenté de disperser les manifestants avec des bombes assourdissantes et des gaz irritants.

Une dizaine de manifestants et autant de policiers ont été blessés légèrement au cours des événements.

Les policiers se défendent d'avoir appliqué dimanche soir la loi 78, adoptée vendredi, alors que l'itinéraire des manifestants était inconnu des autorités. Plusieurs manifestants ont aussi défié le nouveau règlement municipal sur l'interdiction de porter un masque pendant une manifestation.

« Rien n'est parfait », selon le ministre Dutil

Le ministre québécois de la Sécurité publique, Robert Dutil, a de nouveau dénoncé pour sa part les actes violents des manifestants, refusant d'y voir une conséquence de la loi spéciale adoptée par Québec.

« Les violents sont les violents. Il y a toujours des gens qui ne veulent pas respecter les lois. Et dans une démocratie, les lois doivent être respectées. Il y a d'autres moyens quand n'on est pas d'accord avec une loi pour la faire changer, qui s'appelle les élections. »

Questionné sur le travail des policiers, critiqué par plusieurs certains actes de policiers, le ministre s'est contenté de dire que les policiers n'étaient pas parfaits et que les citoyens pouvaient déposer des plaintes en aillant recours à la déontologie policière.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
27e manif nocturne à Montréal
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction