USA: le ministère américain de la Justice victime de pirates informatiques

Publication: Mis à jour:
ANONYMOUS TUNISIA ENNAHDA PARTY
Getty File

Le ministère américain de la Justice a annoncé lundi avoir été victime d'une intrusion dans son système informatique, alors que le collectif de pirates militants Anonymous indiquait au même moment avoir obtenu de nombreuses données de celui-ci.

"Le ministère est en train d'examiner l'accès non autorisé à un serveur exploité par le Bureau des statistiques judiciaires qui contenait des données issues de son site internet public", explique le ministère dans un communiqué envoyé à l'AFP.

"Le site du Bureau des statistiques judiciaires est resté opérationnel tout au long de cette période, et le site principal du ministère de la Justice, justice.gov, n'a pas été affecté", poursuite le texte.

Le communiqué ajoute que l'agence "continue de mettre en place des mesures défensives et de protection pour sauvegarder ses informations", et lancera une enquête criminelle contre toute activité apparaissant comme illégale.

Plus tôt dans la journée, un message sur Twitter ainsi qu'un commentaire sur un blog, qui pourraient avoir été écrits par Anonymous, annonçaient la détention de nombreuses données du ministère de la Justice qui seraient prochainement publiées.

Le message indiquait même la diffusion de "1,7 giga-octet de données qui appartenaient, jusqu'alors, au Bureau de la justice des Etats-Unis".

"Dans tout ce butin, vous trouverez sûrement beaucoup de perles, comme des courriels internes", ajoutait le bloggeur, du surnom de Jimmy89.

"Nous ne défendons aucun gouvernement ni aucun parti, nous défendons la liberté des personnes, la liberté d'expression et la liberté d'information. Nous publions ces données pour diffuser l'information, pour permettre aux gens d'être entendus et d'être au courant la corruption de leur gouvernement", insistait le commentaire.

Le groupe Anonymous avait déjà un peu plus tôt dans l'année brièvement bloqué l'accès au site du ministère américain de la Justice après la fermeture du site de téléchargement illégal Megaupload.

rl/mdm/sam/eg