NOUVELLES

L'Otan appelle le Pakistan à rouvrir les routes de transit "dès que possible" (déclaration)

21/05/2012 09:59 EDT | Actualisé 21/07/2012 05:12 EDT

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Otan appellent le Pakistan à rouvrir les routes de ravitaillement pour les convois de l'alliance militaire en Afghanistan "dès que possible", selon une déclaration finale du sommet diffusée lundi.

La question de la réouverture des routes pakistanaises aux convois de l'Otan, stratégique pour le désengagement graduel de l'Alliance atlantique d'Afghanistan, est dans l'impasse en raison du coût du péage exigé par le Pakistan, jugé "inacceptable" par les Etats-Unis.

"L'Otan continue de travailler avec le Pakistan afin de réouvrir les lignes de communication terrestres dès que possible", indique le texte publié à l'issue de la première journée du sommet et de la réunion des dirigeants des 28 pays membres de l'Alliance.

Le Pakistan interdit le passage des convois routiers de l'Otan sur son territoire depuis six mois en représailles à la mort de 24 de ses soldats tués par erreur dans des frappes aériennes américaines.

En marge du sommet de Chicago, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a rencontré dimanche le président pakistanais Asif Ali Zardari pour tenter de trouver une solution.

Le général américain John Allen, commandant les forces de l'Otan en Afghanistan, a estimé que l'existence même des discussions constituait un "signe positif" de l'amélioration des relations entre les Etats-Unis et le Pakistan.

L'un des principaux points de divergence est le prix du droit de passage exigé par le Pakistan qui s'élèverait, selon plusieurs médias américains, à 5.000 dollars par conteneur, soit 30 fois plus qu'avant la fermeture.

"Les Pakistanais veulent aboutir, mais ils doivent se décider entre eux. Ils ont avancé des prix qui sont bien trop élevés et ils doivent être un peu plus réalistes sur les coûts de transport", a expliqué à l'AFP un haut responsable américain sous le couvert de l'anonymat.

Les Etats-Unis sont prêts à payer plus qu'auparavant mais il n'est pas question pour eux d'augmentation exponentielle du droit de passage, a-t-il affirmé.

Il a également relativisé l'importance pour la coalition des routes logistiques pakistanaises dans la perspective du retrait graduel de l'Otan d'Afghanistan.

"Oui, le rapatriement de l'équipement d'Afghanistan serait manifestement plus simple avec les routes de ravitaillement (pakistanaises), mais cela peut aussi se faire par le nord et par voie aérienne", a plaidé le responsable.

Le réseau de distribution nord permet d'acheminer en Afghanistan les équipements et le ravitaillement depuis la Baltique, en passant par la Russie et les pays d'Asie centrale, un parcours plus long et onéreux que via le Pakistan.

Dans ce cadre, le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta rencontrait lundi ses homologues du Kazakhstan, du Kirghizstan, du Turkménistan et d'Ouzbékistan pour discuter des voies de ravitaillement passant par leurs pays.

bur-mra/lb

PLUS:afp