NOUVELLES

Le Mali depuis le coup d'Etat de mars

21/05/2012 02:47 EDT | Actualisé 21/07/2012 05:12 EDT

Rappel des événements au Mali depuis le coup d'Etat qui a renversé le président Amadou Toumani Touré (ATT) le 22 mars.

Le Nord est aux mains des rebelles touareg et de groupes islamistes armés, en particulier Ansar Dine, appuyé par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

--MARS 2012--

- 22: Des militaires annoncent avoir renversé le régime, l'accusant d'"incompétence" dans la lutte contre la rébellion touareg lancée en janvier et les groupes islamistes dans le Nord. Ils déclarent, au nom d'un "Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat", dirigé par le capitaine Amadou Haya Sanogo, avoir dissous les institutions et suspendu la Constitution.

- 23-26: Le coup d'Etat est unanimement condamné par la communauté internationale. Les Etats-Unis, après l'UE et plusieurs pays, suspendent leur aide, hors humanitaire.

- 30: Le mouvement islamiste armé Ansar Dine, appuyé par le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, touareg indépendantistes) et des éléments d'Aqmi, s'empare de Kidal (nord-est). Le 31, les rebelles prennent Gao, qui abritait l'état-major régional de l'armée.

--AVRIL--

- 1er: Le MNLA prend Tombouctou, dernière ville du Nord encore sous contrôle gouvernemental. Le 2, les islamistes d'Ansar Dine et d'Aqmi s'en emparent, chassant le MNLA.

- 6: Le MNLA proclame "l'indépendance de l'Azawad".

"Accord-cadre" junte/Cédéao prévoyant le transfert du pouvoir aux civils et la désignation d'un président et d'un Premier ministre de transition.

- 12: Dioncounda Traoré est investi président et menace d'une "guerre totale et implacable" les rebelles touareg et les groupes islamistes dans le Nord.

- 17: L'astrophysicien Cheick Modibo Diarra nommé Premier ministre de transition.

- 19: Départ en exil au Sénégal de l'ex-président ATT.

Libération de responsables civils et militaires (22 au total) que la gendarmerie affirme toujours sous le coup d'enquêtes et susceptibles de poursuites judiciaires.

- 26: Les chefs d'Etat de la Cédéao décident l'envoi d'une force régionale. La période de transition est fixée à 12 mois. Le 28, le capitaine Sanogo rejette ces décisions.

- 30: Les forces restées loyales à l'ex-président ATT mènent des attaques contre le camp des ex-putschistes à Kati près de Bamako, l'aéroport et la radio-télévision nationale.

--MAI--

- 1er: Les ex-putschistes affirment avoir fait échouer l'offensive qui s'apparente à une tentative de contre-coup d'Etat. Les combats ont fait au moins 22 morts et des dizaines de blessés.

- 3: Les chefs d'Etat de la Cédéao demandent à sa commission "de préparer la force en attente de la Cédéao en vue de son déploiement immédiat dès que le Mali en fera la demande".

- 18: Le Parlement approuve l'amnistie pour les auteurs du putsch.

- 19-20: Accords sur la transition conclus par le capitaine Sanogo, les autorités intérimaires et la Cédéao, prévoyant l'octroi du statut d'ex-président à Sanogo et la désignation de Dioncounda Traoré comme chef de la transition pour un an à compter du 22 mai, date d'expiration des 40 jours d'intérim prévus par la Constitution.

- 21: Dioncounda Traoré est frappé et blessé près de Bamako par des manifestants en colère contre sa désignation comme chef de la transition, et brièvement hospitalisé. Il est sorti de l'hôpital en soirée, sans "lésion grave", selon une source médicale.

acm/stb/cpy

PLUS:afp