NOUVELLES

Italie: Mario Monti va assister aux funérailles de la jeune fille tuée dans l'attentat de Brindisi

21/05/2012 10:12 EDT | Actualisé 21/07/2012 05:12 EDT

ROME - Le chef du gouvernement italien Mario Monti devait assister lundi après-midi aux funérailles de l'adolescente de 16 ans tuée samedi matin lors d'un attentat devant un lycée professionnel de Brindisi (sud-est de l'Italie), a annoncé la présidence du Conseil.

M. Monti, en déplacement à Chicago aux Etats-Unis pour le sommet de l'OTAN, a anticipé son retour en Italie, frappée samedi par l'attentat et dimanche par un séisme qui a fait sept morts dans la région de Modène (nord).

L'attentat de Brindisi pourrait être "un acte isolé, pas nécessairement un acte terroriste", a déclaré dimanche le procureur de la ville, Marco Dinapoli. Les enquêteurs jugent "improbable" la piste mafieuse, mais aucune hypothèse ne peut être exclue à ce stade, a-t-il ajouté. Des caméras de surveillance près du lycée ont enregistré des images de l'auteur présumé de l'attentat, non revendiqué jusqu'à présent.

L'engin explosif utilisé était composé de trois bonbonnes de gaz reliées à un détonateur actionné par télécommande. Il a sauté samedi peu avant 8h devant le lycée professionnel, alors que les élèves, en majorité des jeunes filles, arrivaient pour les cours et discutaient devant l'établissement.

Une lycéenne de 16 ans, Melissa Bassi, est morte des suites de ses blessures. Quatre autres adolescentes étaient toujours hospitalisées dimanche à Brindisi dans un état stationnaire. Elles souffrent de brûlures et certaines ont subi une intervention de chirurgie esthétique, selon un responsable de l'hôpital Perrino.

Le lycée professionnel visé, spécialisé dans les métiers de la mode et du tourisme, porte le nom de Francesca Laura Morvillo Falcone, l'épouse du juge anti-mafia Giovanni Falcone, tuée avec lui il y a près de 20 ans, le 23 mai 1992, lors d'un attentat de la mafia sicilienne. Une charge de plusieurs centaines de kilos d'explosifs, dissimulés sous la chaussée, avait sauté au passage de la voiture blindée du magistrat sur l'autoroute entre Palerme et l'aéroport.

La ministre de l'Intérieur Anna Maria Cancellieri s'est toutefois montrée prudente, soulignant dès samedi l'absence d'éléments permettant d'établir un lien avec le crime organisé. AP

ll/v0541

PLUS:pc