NOUVELLES

Iran: Washington adopte des sanctions économiques plus sévères

21/05/2012 10:21 EDT | Actualisé 21/07/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - Déterminé à affaiblir l'économie de l'Iran, le Sénat américain a adopté lundi de nouvelles sanctions ciblant le régime de Téhéran dans une tentative de contrer ses ambitions nucléaires.

L'adoption de ces mesures survient alors que des négociations sont prévues mercredi, à Bagdad, entre les grandes puissances occidentales et l'Iran.

Le projet de loi viserait le corps des Gardiens de la révolution iranienne, exigerait des compagnies transigeant sur le marché boursier des États-Unis de prévenir la commission des valeurs mobilières (SEC) de tout lien avec l'Iran, en plus d'étendre les sanctions conclues avec les entreprises d'énergie et d'exploitation de l'uranium liées à Téhéran.

Le document prévoit également l'interdiction de visas et le gel des avoirs d'individus et de compagnies fournissant l'Iran en matériel pouvant servir à une répression des citoyens, notamment le gaz lacrymogène, les balles de caoutchouc et l'équipement de surveillance.

L'administration Obama et la communauté internationale ont imposé de sévères sanctions contre l'Iran relativement à son programme de développement nucléaire, un programme que Téhéran déclare entièrement pacifique.

Toute politique globale visant à mettre fin aux efforts de Téhéran pour obtenir l'arme nucléaire doit persuader les dirigeants iraniens que leur survie est en jeu, a déclaré par voie de communiqué le leader de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell.

Le président Obama considère que toutes les options sont sur la table, a rappelé le sénateur démocrate Bob Menendez, un partisan de la ligne dure en matière de sanctions contre l'Iran. Selon lui, il était nécessaire que le Sénat envoie un message clair à Téhéran, à la veille des négociations de Bagdad.

L'Iran doit se résoudre à fournir un plan véritable et vérifiable sur le démantèlement complet du programme d'armement nucléaire, sans quoi Washington sévira de nouveau avec des sanctions économiques, a-t-il lancé.

L'an dernier, le Sénat avait voté à l'unanimité en faveur d'une mesure ciblant toutes institutions financières transigeant avec la Banque centrale de l'Iran. Cette mesure était parrainée par M. Menendez et son collègue républicain Mark Kirk. Le président Obama avait, le 31 décembre, signé le projet de loi incluant cette mesure.

PLUS:pc