NOUVELLES

Euro-2012 à l'horizon, mais toujours un gros nuage sur l'Ukraine

21/05/2012 06:22 EDT | Actualisé 21/07/2012 05:12 EDT

Listes, élargies ou non, stages, et peur des blessures rythment la vie des seize sélections engagées pour l'Euro-2012 à moins de 20 jours de son coup d'envoi en Pologne et en Ukraine, pays toujours embarrassé par la situation de l'opposante politique Ioulia Timochenko.

Après les dernières compétitions de clubs, les fans de football peuvent maintenant s'intéresser à la vie des sélections. La Ligue des champions s'est achevée samedi par une séance de tirs au but haletante à Munich (victoire de Chelsea 4 t.a.b à 3, 1-1 a.p.) et le Championnat de France a été l'un des derniers à tirer le rideau dimanche avec le sacre du petit Poucet Montpellier.

Il ne reste guère plus que la Coupe du Roi entre l'Athletic Bilbao et le FC Barcelone le 25 mai pour distraire l'attention des aficionados de l'Euro-2012 qui s'avance (match d'ouverture le 8 juin en Pologne à Varsovie, finale à Kiev le 1er juillet).

L'Ukraine aimerait sans doute communiquer uniquement sur cette grande fête du ballon rond, premier évènement de cette taille organisé sur son sol. Mais le sort de l'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko s'est invité dans les derniers préparatifs du tournoi.

Les poursuites contre l'ex-Premier ministre ont déclenché de vives critiques internationales. L'Union européenne et plusieurs de ses membres ont notamment brandi la menace d'un boycott politique de l'Euro-2012. Kharkiv, où l'opposante est détenue, est l'une des quatre villes-hôtes ukrainiennes.

La reprise de son procès a été repoussée ce lundi au 25 juin, un nouveau report en raison de l'état de santé de Mme Timochenko, déjà condamnée à sept ans de prison pour abus de pouvoir et jugée cette fois pour fraude fiscale notamment.

Sur le plan sportif, les sélectionneurs sont confrontés à l'habituel casse-tête des listes. L'UEFA a fixé au 29 mai à midi la date butoir pour remettre les listes des 23 joueurs. Bert van Marwijk, sélectionneur des Pays-Bas, a dévoilé un premier groupe élargi de 36 joueurs ! Il devra donc faire 13 malheureux. Belle ambiance en perspective au moment de la réduction du groupe, dans une sélection connue pour ses ego à couteaux tirés.

En France, le sélectionneur Laurent Blanc est face à un autre cas de figure. Il n'a pour l'heure à sa disposition au centre d'entraînement de Clairefontaine, en région parisienne, que 10 joueurs sur les 26 retenus dans sa pré-liste.

Les autres, engagés pour la plupart en Championnat de France jusqu'à dimanche soir (alors que les autres grands championnats européens ont fini le 13 mai), vont avoir quelques jours de repos avant de se joindre au stage en fin de semaine. Pas facile dans ces conditions de gérer les états de forme disparates des uns et des autres.

D'autres pays, comme la Suède dans le groupe D avec la France, ont déjà annoncé une liste de 23 joueurs. Et serrent les dents ou brûlent des cierges pour ne pas avoir à déplorer de blessures de dernière heure et devoir appeler un renfort.

C'est en effet la grande crainte de toutes les sélections, qui vont se mettre en jambes dans les prochains jours avec des matches amicaux.

La Russie, dans le groupe A, a ainsi appris ce dimanche le forfait de Vassily Berezutsky, défenseur central du CSKA Moscou à cause d'une blessure à une hanche.

Laurent Blanc, en France, a dû trembler en voyant Franck Ribéry sortir en boitant lors de la finale de la Ligue des champions samedi soir, mais les nouvelles en provenance du Bayern Munich sont rassurantes. C'est déjà un souci en moins.

pgr/ybl/gf/chc

PLUS:afp