NOUVELLES

Deux morts à Beyrouth dans des heurts entre groupes libanais rivaux

21/05/2012 02:07 EDT | Actualisé 20/07/2012 05:12 EDT

Deux personnes ont été tuées et 18 blessées lors de heurts dans la capitale libanaise entre un mouvement libanais sympathisant de la révolte syrienne et un parti favorable au régime de Bachar al-Assad, selon un responsable des services de sécurité.

"Les heurts ont éclaté à trois heures du matin et ont fait deux morts et 18 blessés", selon cette source.

Les hostilités sont liées à la mort d'un dignitaire sunnite tué dimanche par l'armée dans le nord du Liban, provoquant un regain de tension dans le pays déjà fragilisé par des heurts confessionnels qui ont fait 10 morts ces derniers jours.

Les affrontements ont opposé des partisans du mouvement du Futur, à majorité sunnite et mené par Saad Hariri, chef de l'opposition libanaise hostile au pouvoir à Damas, et le Parti du courant arabe, une formation également sunnite mais qui est partisane du président syrien Bachar al-Assad.

Ils se sont déroulés dans le quartier à majorité sunnite de Tarik el-Jdideh, dans l'ouest de Beyrouth, où se trouve le siège du Parti du courant arabe.

Ce bâtiment a été complètement incendié et portait des marques de balles, a constaté un photographe de l'AFP sur place.

Des dizaines de motos ont également été incendiées et les vitres de nombreuses voitures brisées.

En 2008, des affrontements confessionnels à Beyrouth et dans tout le pays entre des partisans du mouvement du Futur et ceux du puissant Hezbollah chiite, allié de Damas, avaient fait une centaine de morts en une semaine.

La révolte en Syrie exacerbe les tensions au Liban, qui a connu 30 ans d'hégémonie syrienne et est divisé entre adversaires et partisans d'Assad.

L'opposition libanaise a accusé le régime de Damas de vouloir semer le chaos au Liban pour détourner l'attention de la crise en Syrie.

Le mouvement du Futur a pointé du doigt "des mercenaires à la solde du régime syrien et de ses alliés au Liban", estimant qu'ils sont derrière les troubles à Beyrouth.

La tension est montée d'un cran après la mort d'un dignitaire religieux sunnite sympathisant de la révolte syrienne et d'un cheikh qui l'accompagnait, morts sous les tirs de l'armée dans le nord du Liban.

Cheikh Ahmad Abdel Wahed, connu pour ses critiques à l'égard du régime syrien et son soutien à la révolte, et cheikh Mohammad al-Merheb ont été tués dans des circonstances encore non clarifiées. Une source au sein des services de sécurité a affirmé à l'AFP que l'armée avait ouvert le feu lorsque leur convoi ne s'est pas arrêté à un barrage dans la région du Akkar (nord).

En signe de protestation, plusieurs routes ont été coupées dans le pays par des pneus brûlés.

Le nord du pays a déjà été secoué par une semaine de heurts intermittents dans la grande ville de Tripoli entre sunnites hostiles au régime syrien et alaouites partisans du pouvoir à Damas, qui ont fait 10 morts.

Il y a une volonté de "provoquer des problèmes dans l'intérêt du régime syrien" et "ceux impliqués dans ce meurtre veulent (...) exporter la crise du régime" au Liban, avait estimé M. Hariri dimanche.

ram/cnp

PLUS:afp