NOUVELLES

Cannes: Resnais revient par la grande porte avec «Vous n'avez encore rien vu»

21/05/2012 11:07 EDT | Actualisé 21/07/2012 05:12 EDT

CANNES, France - Journée chargée au Festival de Cannes, lundi, puisque trois films étaient présentés en compétition: "Like Someone in Love" de l'Iranien Abbas Kiarostami, "In Another Country", du Sud-Coréen Hong Sangsoo, et "Vous n'avez encore rien vu", du vétéran Alain Resnais.

A 89 ans, le cinéaste français, récompensé sur la Croisette en 1980 par le Grand Prix du jury pour "Mon oncle d'Amérique", et il y a trois ans par un prix exceptionnel du jury pour "Les Herbes folles", pourrait à nouveau prétendre à un trophée avec son nouveau film, qui rassemble une très belle fourchette d'acteurs français, plus ou moins fidèles du réalisateur, de Sabine Azéma à Pierre Arditi, en passant par Mathieu Amalric, Anne Consigny, Lambert Wilson, Anny Duperey, Denis Podalydès ou encore Hippolyte Girardot.

Ces acteurs, qui jouent leur propre rôle, sont invités à donner leur avis sur une nouvelle version de la pièce de théâtre "Eurydice" de Jean Anouilh, une pièce dans laquelle ils ont eux-mêmes joué lors de précédentes versions.

Alain Resnais s'oppose à l'idée qu'il y ait "une opposition totale entre le théâtre et le cinéma". Les gens disent souvent que "le théâtre est un art noble et le cinéma est un art secondaire", a noté le réalisateur lors de la conférence de presse de présentation du film. "Dans les deux cas, vous avez besoin d'acteurs", a-t-il ajouté, en constatant pour sa part une "gémellité entre le théâtre et le cinéma".

Interrogé sur le titre du film (le deuxième long-métrage français en compétition après "De rouille et d'os" de Jacques Audiard), Alain Resnais a expliqué qu'il avait été évoqué "d'abord en blaguant".

"Et c'est devenu une espèce de proverbe entre nous, mais on ne pensait pas du tout que ça allait rester", a-t-il ajouté. "On l'a adopté, c'est une espèce de mascotte."

Dans un genre très différent, le dernier film de l'Iranien Abbas Kiarostami (récompensé en 1997 par une Palme d'or pour "Le Goût de la cerise", partagée cette année-là avec "L'Anguille", du Japonais Shoheï Imamura) était également présenté en compétition. Tourné au Japon, "Like Someone in Love" évoque l'histoire d'une étudiante se prostituant pour financer ses études, et sa relation particulière avec un client âgé, un universitaire.

Enfin, dans "In Another Country" ("Dans un autre pays"), le Sud-Coréen Hong Sangsoo met en scène Isabelle Huppert, une habituée du Festival de Cannes puisqu'elle y a remporté deux prix d'interprétation: le premier en 1978 pour "Violette Nozière", de Claude Chabrol, et le second pour "La Pianiste", de Michael Haneke, en 2001.

L'actrice, qui a découvert le cinéaste sud-coréen à Paris en voyant son long-métrage "La Femme est l'avenir de l'homme", sorti en 2004, a expliqué lors de la conférence de presse qu'elle avait à l'époque "senti une grande familiarité avec ce film".

"J'ai retrouvé ce sentiment d'exotisme et d'extrême familiarité" en tournant dans "In Another Country", un film dans lequel l'actrice dit interpréter "quelqu'un qui visite un autre univers".

"J'avais l'impression qu'il posait sur moi un regard très léger, sans aucune gravité, sans aucune lourdeur. C'était pour moi une aventure très inédite et très agréable", a-t-elle observé.

La compétition se poursuivra mardi avec la projection en compétition de "Cogan, la Mort en douce" ("Killing them Softly"), d'Andrew Dominik, et de "La Part des anges", de Ken Loach.

PLUS:pc