NOUVELLES

Réconciliation palestinienne: nouvel accord Fatah-Hamas au Caire (Fatah)

20/05/2012 02:10 EDT | Actualisé 20/07/2012 05:12 EDT

Le numéro deux du Hamas Moussa, Abou Marzouk, et un dirigeant du Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, Azzam al-Ahmad, ont conclu dimanche un accord sous médiation égyptienne pour faire avancer leur réconciliation, a indiqué M. Ahmad.

"Nous avons signé, Moussa Abou Marzouk pour le Hamas, et moi-même, avec la partie égyptienne, un accord prévoyant que la Commission électorale centrale (CEC) commence ses travaux à Gaza le 27 de ce mois et le lancement des consultations pour la formation d'un gouvernement d'indépendants", a déclaré à l'AFP le responsable du Fatah, par téléphone du Caire.

Selon un communiqué des services de renseignements égyptiens, "il a été convenu que la CEC commence ses travaux dans la bande de Gaza et que débutent le même jour les consultations pour la formation d'un gouvernement dirigé par le président Mahmoud Abbas".

La composition d'un gouvernement transitoire non partisan, prévu par le pacte de réconciliation entre le Hamas et le Fatah pour organiser des élections générales, et le lancement des travaux de la Commission électorale centrale (CEC) pour mettre à jour ses registres dans la bande de Gaza, représentent les principales pierres d'achoppement à l'application de cet accord.

Une précédente rencontre le 3 mai au Caire entre MM. Ahmad et Abou Marzouk, avec le chef du Hamas, Khaled Mechaal, s'était achevée sans progrès sur l'application de l'accord de réconciliation.

Le Fatah et le Hamas, qui gouvernent respectivement les zones autonomes de Cisjordanie et Gaza, ont conclu le 27 avril 2011 au Caire un accord de "réconciliation nationale", dont la plupart des clauses sont restées lettre morte et les échéances constamment repoussées.

Le président Abbas a pris acte de cet enlisement en nommant mercredi un nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre Salam Fayyad, reconduit à son poste, en Cisjordanie.

MM. Abbas et Mechaal sont convenus le 6 février à Doha que le président palestinien dirige le gouvernement transitoire d'indépendants chargé d'organiser des élections, comme le prévoit l'accord de réconciliation, mais cette décision, contestée au sein du mouvement islamiste Hamas, est restée inappliquée.

na-sst/agr/hj

PLUS:afp