NOUVELLES
20/05/2012 03:11 EDT | Actualisé 19/07/2012 05:12 EDT

L'Iran espère un accord avec l'AIEA à l'occasion de la visite de son chef

L'Iran espère que la visite lundi à Téhéran du chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Yukiya Amano permettra "d'aboutir à un accord" pour régler leur contentieux, selon le ministre des Affaires étrangères Ali Alkbar Salehi cité dimanche par la presse.

"Nous espérons que les deux parties vont aboutir à un accord pour définir les modalités et le cadre (d'une coopération) pour répondre aux questions de l'AIEA et lever les ambiguïtés" sur le programme nucléaire iranien, a déclaré M. Salehi.

Le chef de la diplomatie iranienne a également estimé que cette visite à Téhéran, la première de M. Amano en Iran depuis qu'il a pris la tête de l'AIEA en décembre 2009, constituait un "bon présage" d'une amélioration des relations entre son pays et l'agence onusienne.

L'AIEA, qui surveille la plupart des installations nucléaires de l'Iran dans le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), affirme depuis plusieurs années nourrir des doutes sur une possible dimension militaire des activités iraniennes en raison du manque de coopération de Téhéran.

L'Iran, qui dément vouloir se doter de l'arme atomique, affirme coopérer pleinement avec l'agence qu'il accuse d'être manipulée par les services de renseignements occidentaux, et a dénoncé à plusieurs reprises le comportement jugé "partial" et "politique" de M. Amano.

Les Occidentaux s'appuient largement sur les rapports de l'AIEA pour estimer que le programme nucléaire iranien a eu et a peut-être encore une dimension militaire.

La visite de M. Amano intervient après deux jours de discussions jugées "positives" à Vienne la semaine dernière entre les deux parties, relançant un dialogue bloqué depuis deux visites infructueuses d'experts de l'agence onusienne en janvier et février à Téhéran.

Elle intervient également 48 heures avant l'ouverture à Bagdad de discussions cruciales entre l'Iran et les grandes puissances sur le programme nucléaire iranien controversé.

M. Amano doit notamment rencontrer le chef de ce programme Fereydoun Abbassi Davani, le négociateur iranien pour les questions nucléaires Saïd Jalili, et M. Salehi.

sgh-lma/sbh

PLUS:afp