NOUVELLES

Hollande rassuré sur les conditions de mise en place du bouclier antimissile

20/05/2012 09:47 EDT | Actualisé 20/07/2012 05:12 EDT

Le président français François Hollande s'est déclaré dimanche rassuré sur les conditions de la mise en place par l'Otan d'un bouclier antimissile, estimant que ses "réserves" initiales sur ce projet "en définitive ont pu être levées".

"J'avais moi-même au cours de la campagne présidentielle évoqué un certain nombre de réserves (...) qui en définitive ont pu être levées", a déclaré M. Hollande au soir du premier jour du sommet de l'Otan à Chicago.

"La défense anti-missile ne peut pas être un substitut à la dissuasion (nucléaire, Ndlr) mais un complément (...), il doit y avoir un contrôle politique de son utilisation (...) nos industriels doivent être directement intéressés à la réalisation des équipements nécessaires et, enfin, il doit y avoir une maîtrise des coûts pour qu'il n'y ait pas de dérive financière qui serait d'ailleurs insupportable pour les budgets des pays de l'Alliance", a-t-il énuméré.

"Sur ces quatre principes, le communiqué final nous donne satisfaction", a résumé François Hollande devant la presse.

Le président français a en outre insisté sur le nécessaire dialogue avec la Russie. "Il ne peut pas être question que des pays puissent être menacés par ce dispositif antimissile", a-t-il dit, "le dialogue avec la Russie devra être poursuivi (...) ce que je souhaite, c'est que les pays qui sont proches de (ce système) puisse être totalement rassurés".

Les chefs d'Etat et de gouvernement des 28 pays membres de l'Otan réunis à Chicago ont déclaré dimanche opérationnelle la première phase du bouclier antimissile destiné à protéger l'Europe de tirs provenant du Moyen-Orient, un projet poussé par les Américains mais vivement contesté par la Russie.

pa/lb

PLUS:afp